Aller au contenu Accéder à la navigation Accéder à la recherche

Contrastes

Soutien du Comité stratégique de filières « infrastructures numériques » à 9 projets innovants liés au développement de la 5G

Sommaire

La filière Infrastructures numériques est aujourd’hui le socle essentiel de la connectivité pour toutes et tous, et en toute circonstance. Il s’agit d’un écosystème complexe : de la fabrication des matériaux nécessaires à la construction d’un réseau d’infrastructures numériques, à sa mise à disposition, son exploitation et les services qui en découlent.

La filière Infrastructures numériques est donc le pilier incontournable de la numérisation des territoires et constitue un élément majeur pour permettre le développement de l’ensemble de l’industrie française, toute filière confondue. L’écosystème des infrastructures numériques dispose de nombreux atouts, portés aussi bien par des acteurs historiques que par de nouveaux acteurs innovants, dont le seul objectif est de généraliser la connectivité et d’offrir de nouveaux services toujours plus performants en faveur de l’innovation technologique.

Les principaux défis à relever par la filière sont notamment celui d’anticiper la mise en œuvre des nouveaux réseaux 5G et de leurs versions ultérieures afin de parfaire le savoir-faire français en la matière et d’œuvrer au bénéfice des autres filières-clé (automobile, transport, santé, sécurité, militaire, etc.) afin d’identifier leurs besoins en matière d’infrastructures et nouer de nouveaux partenariats.

Au travers de son contrat de filière signé avec l’État en décembre 2019, la filière s’est structurée autour de six projets structurants essentiels, notamment autour de la 5G. En effet, l’écosystème de la 5G va permettre de délivrer une multiplicité de nouveaux usages concernant de nombreux secteurs et à destination aussi bien du grand public que des entreprises, des services publics et autres institutions.

Dans un environnement post-crise sanitaire, la 5G va se poser d’autant plus comme facilitateur de la numérisation de la société et de l’économie et doit permettre de faire retrouver, à la France, une partie de sa souveraineté perdue en matière d’usage et de services.

Le Comité a pour ambition de créer un réseau de plateformes d’expérimentation 5G multi-sites et multi-intervenants ; ce réseau devrait être orienté innovation technologique et lien avec les futurs marchés verticaux, dans une approche transversale avec l’ensemble des parties prenantes : opérateurs télécoms, équipementiers, PME/TPE, startups, acteurs industriels, pôles de compétitivité, instituts de recherche, etc.

Le projet « CRIIOT »

Porté par la société Sequans, le projet « CRIIOT » a pour objectif le développement d’une solution d’objets connectés critiques répondant à la demande de l’industrie et plus généralement des « verticaux » et se reposant sur des technologies cellulaires publiques telles que la 4G et la 5G. Le projet couvre les aspects réseaux, par le développement d’une solution entièrement virtualisable permettant le déploiement rapide de réseaux privés ou publics.

Il est ouvert à de nombreux partenaires de la filière et s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, la société Sequans, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « CRIIOT » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « 5G OpenRoad »

Porté par le pôle de compétitivité Systematic, le projet « 5G OpenRoad » va déployer sur le plateau de Saclay un réseau pilote 5G pour accélérer la mise sur le marché de services innovants tirant partie de la 5G dans les domaines verticaux : véhicule connecté/autonome, puis industrie  , santé connectée. Les expérimentations seront focalisées initialement sur les besoins des acteurs de l’automobile, des territoires, de la route connectée combinés à la roadmap des infrastructures numériques intégrera les technologies abouties et futures et travaillera le modèle opératoire et le modèle économique pour permettre aux futurs fournisseurs des services de créer un service de mobilité autonome à l’échelle sur route ouverte, une activité pérenne, rentable et ancrées sur les territoires.

Ce modèle économique permettra aux acteurs économiques d’accélérer l’introduction de leurs innovations comme supports de services utiles aux populations des territoires couverts par la 5G. Le retour d’expérience lié aux services déployés permettra d’éclairer les réflexions sur le cadre règlementaire autour de la mobilité autonome. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, le pôle de compétitivité Systematic, porteur du projet, s’est engagé, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « 5G OpenRoad » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « 5G mMTC »

Porté par l’UVSQ Paris-Saclay, le projet « 5G mMTC » vise à exploiter, dans le cadre du projet Celtic Plus TILAS, une plateforme expérimentale IoT multimédias, où des algorithmes de qualité de service ont été proposés et validés. Cette plateforme est déployée sur le plateau de Saclay en étroite collaboration avec INRIA Saclay (équipe TRiBE) et Thales (ex Gemalto) sur le volet sécurité.

La plateforme TILAS a une forte valeur ajoutée sur la technologie embarquée et une intégration avec la plateforme nationale FIT IoT Lab est entamée. L’objectif est de faire évoluer cette plateforme en intégrant le volet « massive Machine Type Communications » en déployant i) une station de base 5G et ii) une large densité de noeux IoT 5G sur le plateau de Saclay. En développant cette plateforme, les acteurs industriels et académiques peuvent valider leurs propositions dans un environnement expérimentale à large échelle compatible avec architecture 3GPP. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, l’UVSQ Paris-Saclay, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « 5G mMTC » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « 5G V2X »

Porté par l’UVSQ Paris-Saclay, le projet « 5G V2X » a pour ambition de mettre en place une plateforme 5G-V2X large échelle et de s’attaquer au management des plateformes hétérogènes V2X et de réaliser ainsi un réseau de plateformes 5GV2X.

Cette plateforme 5G déploiera i) une station de base 5G sur le site de Versailles Satory et ii) des voitures équipées d’interface 5G. En développant cette plateforme, les acteurs industriels et académiques peuvent valider leurs propositions dans un environnement expérimentale à large échelle compatible avec l’architecture 3GPP. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, l’UVSQ Paris-Saclay, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « 5G V2X » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « Engage 5G & Beyond »

Porté par l’association FIT, le projet « Engage 5G & Beyond » vise à développer un réseau de plateformes 5G souveraines, pour le déploiement des futures technologies et l’expérimentation avec les domaines verticaux. Porté par l’association FIT des IRT et ITE, avec le soutien et l’investissement d’industriels majeurs (Orange, Nokia, Airbus, Thales AS, …) et adossé aux pôles de compétitivité (Systematic, Images & Réseaux, Aerospace Valley, …), le réseau offre un large maillage territorial et thématique. En s’appuyant sur l’existant et notamment l’architecture du projet H2020 5G EVE et son pilote 5G français impliquant Orange, Nokia, Eurecom et b<>com, un socle solide peut être disponible dès mi-2021 pour accueillir de nouveaux terrains d’expérimentations, avec une focalisation sur certains cas d’utilisation (santé, aérospatial, automobile, …). Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, l’association FIT, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « Engage 5G & Beyond » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « Beyond 5G »

Porté par l’Institut Mines-Télécom à Saclay, le projet « Beyond 5G » vise à adresser les verrous scientifiques et techniques liés au déploiement de réseaux 5.x.G afin de traiter les aspects techniques d’interopérabilité et les usages favorisant l’innovation sur des projets pré-commerciaux.

Naturellement organisé autour des industriels et de la recherche publique, le projet constitue un élément structurant de la filière sur les deux aspects R&D et expérimentations techniques et économiques. Par construction, le projet est ouvert à d’autres acteurs de la filière « numérique » ou d’autres filières utilisatrices. Ses modalités d’organisation permettent en effet d’accéder aux ressources de R&D au niveau de chaque projet de recherche. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, l’Institut Mines-Télécom, porteur du projet, s’est engagé, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, le projet « Beyond 5G » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « Living Labs 5G »

Porté par la SNCF, le projet « Living Labs 5G » consiste à développer et à mettre à disposition plusieurs espaces d’expérimentation de la 5G dans des gares emblématiques de la SNCF, pour permettre aux écosystèmes d’innovation – entreprises, établissements de formation et laboratoires – de préparer des solutions adaptées aux besoins des différentes catégories d’usagers qui convergent dans ces lieux : voyageurs, professionnels des sphères privées et du régalien.

Les gares de Rennes et Nantes accueillent les premiers projets d’expérimentation en partenariat avec les équipementiers partenaires. Il est prévu de compléter le dispositif avec d’autres gares, notamment en Ile-de-France en prévision des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Grâce à ce projet, les acteurs de la nouvelle économie pourront accéder à une infrastructure d’expérimentation, aux cas d’usage de la SNCF et des autres partenaires des Living Labs, à un accompagnement sur la définition des spécifications attendues et à des tests en situation réelle avec les usagers.

Par ailleurs, la SNCF, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « Living Labs 5G » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat.

Le projet « 5G INNOV LAB »

Porté par la société Nokia à Saclay, le projet « 5G INNOV LAB », est une plateforme d’innovation et d’intégration qui permettra de supporter différents projets et différents partenaires startup et industriels souhaitant comprendre les futurs usages de la 5G dans un environnement aussi bien technique que service.

Cette plateforme est mise en œuvre avec différentes startups et certains industriels dont les partenariats sont en cours d’élaboration. Elle vise principalement les secteurs verticaux et sera ouverte aux différents acteurs des filières concernées. Elle permettra entre autres d’anticiper le plus possible les solutions technologiques à mettre en œuvre à l’aide des futures évolutions de la 5G et +.  Ce projet s’inscrit donc pleinement dans les objectifs du Comité et de son contrat de filière.

Par ailleurs, la société Nokia, porteuse du projet, s’est engagée, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « 5G INNOV LAB » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat. »

Le projet « 5G Steel »

Porté par la société ArcelorMittal, le projet « 5G Steel » consiste à développer les nouveaux usages de la 5G et à accélérer son déploiement en France. La plateforme est un projet partagé dédié à l’expérimentation multi-sites et multi applications des technologies 4G/5G dans le monde industriel sidérurgique et son environnement local (Régions Grand Est et Hauts de France). Cette nouvelle technologie, vecteur de performance industrielle, va transformer profondément les métiers et les processus de travail (production, qualité, service, …) des usines sidérurgiques et des PMEs, TPEs travaillant pour ArcelorMittal.

L’objectif du projet est de valider l’usage industriel de la 5G en environnement industriel sévère au travers de cas d’usages ciblés sur les différents métiers (modélisation et prototypage) et lever les incertitudes et les risques (robustesse, sécurité). Dans un premier temps, l’objectif est de réaliser une expérimentation technique pour appréhender la technologie 5G et ses contraintes (débit, latence, couverture, …) de déploiement dans un environnement industriel difficile (environnement métallique perturbant, températures élevées, poussières) et de vérifier la robustesse de la solution dans un contexte d’applications hautement critiques. Dans un second temps, l’objectif est des mener des expérimentations à l’échelle industrielle d’usine intelligente, en testant notamment les apports possibles de la 5G pour répondre aux enjeux de performance industrielle en environnement de production (IoT haut débit, véhicules connectés et autonomes wagons, camions, AGV, réalité virtuelle et augmentée, drones) tant en Région Hauts de France (Dunkerque, Mardyck, Desvres) qu’en Région Grand Est (Florange).

Par ailleurs, ArcelorMittal, porteur du projet, s’est engagé, d’une part, à ce que des communications soient effectuées entre les acteurs du projet et le Comité (information, démonstrations) et, d’autre part, à « partager » toute ou partie des résultats obtenus au travers de la plateforme aux acteurs de la filière, en leur permettant d’intégrer le projet.

En ce sens, la plateforme « 5G Steel » s’engage à faire partie du réseau de plateformes promu par le Comité dans son contrat. »


Dès lors, le bureau du Comité stratégique de filières « infrastructures numériques » a validé, lors de sa réunion du 19 juin 2020, son soutien à ces quatre projets, afin qu’ils puissent se développer au bénéfice de l’ensemble des acteurs.

Voir aussi