Aller au contenu Accéder à la navigation Accéder à la recherche

Contrastes

Étude IDATE 2018 : indicateurs de progrès dans les communications électroniques

La Fédération Française des Télécoms (FFTélécoms) a présenté le 17 décembre 2018 lors de sa conférence de presse les chiffres-clés 2018 du secteur des télécoms et des grands enjeux à venir pour notre industrie en 2019.

Retrouvez ci-dessous l’étude IDATE 2018 sur les indicateurs de progrès dans les communications électroniques avec une étude comparative de la France aux 5 plus grands pays européens : Allemagne, Espagne, Italie, Pologne et Royaume-Uni.

Visionneuse de document | Étude IDATE 2018 : indicateurs de progrès dans les communications électroniques (17 pages) :

Transcription du document (MS Word, 146 KB)

Indicateurs de progrès dans les communications électroniques. Étude comparative de la France face aux 5 plus grands pays européens : Allemagne, Espagne, Italie, Pologne et Royaume-Uni. 17 décembre 2018.

Partie 1 : Indicateurs de progrès dans les communications électroniques en France.

1.1 Un déploiement du haut débit sur tout le territoire, qui a encouragé l’équipement.

Un parc d’abonnés plus que doublé depuis 2006 ! Accès haut et très haut débit fixe en France :

  • Fin 2006 : 12,7 millions ;
  • Fin juin 2018 : 28,7 millions.

Source : Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep).

1.2 la France en tête des grands pays européens en matière de pénétration haut débit, avec un basculement rapide vers l’ultra haut débit.

Taux de pénétration du haut débit fixe à fin 2017 (accès HD et THD pour 100 foyers) :

  • France : 97,0 % ;
  • Royaume-Uni : 90,3 % ;
  • Allemagne : 81,5 % ;
  • Espagne : 78,2 % ;
  • Italie : 64,1 % ;
  • Pologne : 49,6 %.

Source : IDATE d’après données régulateurs.

Parc d’abonnés UHD (connexions >= 100 Mbps) en France (en millions) :

  • Fin 2011 : 0,6 million ;
  • Mi 2012 : 0,6 million ;
  • Fin 2012 : 1 million ;
  • Mi 2013 : 1,2 million ;
  • Fin 2013 : 1,4 million ;
  • Mi 2014 : 1,6 million ;
  • Fin 2014 : 1,9 million ;
  • Mi 2015 : 2,2 millions ;
  • Fin 2015 : 2,6 millions ;
  • Mi 2016 : 3 millions ;
  • Fin 2016 : 3,5 millions ;
  • Mi 2017 : 3,9 millions ;
  • Fin 2017 : 4,8 millions ;
  • Mi 2018 : 5,3 millions.

Source : Arcep.

1.3 Dans le mobile, un rattrapage complet de la couverture LTE (Long Term Evolution)…
Couvertures nationales 4G (% des foyers couverts)
Pays / DateFin 2012Fin 2013Fin 2014Mi 2015Mi 2016Mi 2017
France5%68%75%78%95%98,0%
Allemagne52%81%92%94%96%96,5%
Italie18%38%78%90%97%98,7%
Espagne0%48%78%80%94%97,2%
Royaume-Uni18%63%84%90%98%99,5%
Pologne50%55%66%76%96%98,5%

Source : Commission européenne.

1.4 …et une progression très rapide de la pénétration 4G.

À mi-2018, 44,7 millions de clients actifs 4G, soit 6 clients mobile sur 10 (Hors M2M, Machine To Machine), un des taux les plus élevés parmi les grands pays européens. Parc de clients 4G en France (en millions) :

  • Fin 2012 : 0 million ;
  • Mi 2013 : 1 million ;
  • Fin 2013 : 3 millions ;
  • Mi 2014 : 5 millions ;
  • Fin 2014 : 11 millions ;
  • Mi 2015 : 16 millions ;
  • Fin 2015 : 23 millions ;
  • Mi 2016 : 27 millions ;
  • Fin 2016 : 33 millions ;
  • Mi 2017 : 37 millions ;
  • Fin 2017 : 42 millions ;
  • Mi 2018 : 45 millions.

Source : Arcep.

Part des clients 4G dans les parcs mobile (hors M2M), à fin 2017 :

  • Royaume-Uni : 64,9 % ;
  • France : 55,8 % ;
  • Espagne : 53,8 % ;
  • Allemagne : 45,1 % ;
  • Italie : 33,3 % ;
  • Pologne : 19,4 %.

Source : IDATE.

1.5 Dans l’internet des objets, l’un des plus grands parcs M2M en Europe.

Parcs M2M dans les grands pays européens, à fin 2017 (en millions de cartes) :

  • Allemagne : 17,6 millions ;
  • Italie : 16,3 millions ;
  • France : 14,9 millions ;
  • Royaume-Uni : 8,6 millions ;
  • Espagne : 4,9 millions ;
  • Pologne : 3,5 millions.

Source : IDATE d’après régulateurs.

1.6 Convergence : une avance en VoIP…

28,4 millions d’abonnés VoIP en France à fin 2017 (et 440 000 supplémentaires au cours des 6 premiers mois 2018), soit la quasi-totalité du parc haut débit. Parc d’abonnés VoIP managée* dans les grands pays européens à fin 2017 :

  • Allemagne : 29,5 ;
  • France : 28,4 ;
  • Pologne : 7,9 ;
  • Espagne : 6,8 ;
  • Italie : 5,1 ;
  • Royaume-Uni : 1,6.

* Service de VoIP géré par un opérateur de réseau (à la différence des applications OTT). Source : IDATE d’après données régulateurs et estimations.

1.7 …et plus encore en IPTV.

Près de 12 millions de clients actifs IPTV en France à fin 2017, soit plus que les 5 autres grands pays européens réunis ! Parc de clients actifs* IPTV dans les grands pays européens à fin 2017 :

  • France : 11,9 ;
  • Espagne : 4,0 ;
  • Allemagne : 2,9 ;
  • Royaume-Uni : 1,7 ;
  • Pologne : 0,7 ;
  • Italie : 0,1.

* Données retraitées pour éliminer les abonnés non utilisateurs. Source : IDATE d’après données régulateurs et estimations.

1.8 Des prix en baisse, singulièrement dans les mobiles.

Une facture mobile moyenne en recul de plus de 40% en 10 ans pour des volumes de consommation en hausse, voire en explosion pour la donnée. Dépenses et consommation moyennes mensuelles par carte SIM. Facture mensuelle (en euro hors taxes) :

  • 2007 : 30 € ;
  • 2008 : 29 € ;
  • 2009 : 28 € ;
  • 2010 : 27 € ;
  • 2011 : 26 € ;
  • 2012 : 23 € ;
  • 2013 : 20 € ;
  • 2014 : 18 € ;
  • 2015 : 17 € ;
  • 2016 : 17 € ;
  • 2017 : 16 €.

Source : IDATE d’après données Arcep.

Partie 2 : Modèles d’investissement.

2.1 Investissement dans les réseaux.

L’Union Européenne (UE) sous-investit dans les réseaux. CAPEX (Dépense d’investissement de capital) par habitant, 2017 :

  • États-Unis : 226 € ;
  • Japon : 163 € ;
  • Top 5 Europe (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Espagne) : 118 €.

Le différentiel d’investissement par habitant entre les pays européens et les USA et, dans une moindre mesure le Japon, est significatif. Toute chose étant égale par ailleurs, le
différentiel d’investissement entre les USA et l’UE est de plus de 50.

2.2 le différentiel est en partie le résultat d’un modèle d’investissement différent.
  • États-Unis : réglementation allégée et compétition limitée : quatre acteurs mobile se partagent 96% d’un marché de 320 millions d’habitants, L’absence de dégroupage conduit le marché fixe à être une compétition entre opérateur historique et câblo-opérateur (duopole de fait) ;
  • Asie : politiques industrielles très directives et subventionnements publics importants.
  • Europe : forte compétition due à l’arrivée de nouveaux opérateurs : 19 opérateurs pour l’UE-5 ; fermeté de la Direction de la Concurrence de la Commission européenne concernant la fusion entre opérateurs  et subventionnement public sous haute surveillance.
2.3 Investissement dans les réseaux.

En France, l’écart est moins grand mais reste significatif… CAPEX par habitant, 2017 :

  • États-Unis : 226 € ;
  • Japon : 163 € ;
  • France : 142 € ;
  • Top 5 Europe : 118 €.

La France présente un investissement par habitant très supérieur à la moyenne européenne. Il n’en reste pas moins très éloigné des investissements américains. Pour atteindre le niveau d’investissement américain, il manque, en France, près de 6 milliards d’euros par an.

2.4 Taux d’effort.

…mais c’est au prix d’un niveau d’effort qu’il sera difficile de tenir dans le temps. Taux d’effort d’investissement par pays (CAPEX /CA) et comparaison avec la marge (EBITDA/CA), 2017 :

  • Japon : 13,0 % ;
  • États-Unis : 14,5 % (18 points) ;
  • Top 5 Europe : 17,2 % ;
  • France : 19,3 % (14 points).

Source : IDATE DigiWorld. EBITDA = Earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization. En français : Bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIDA).

Les investissements français plus élevés que la moyenne se font au prix d’un niveau d’effort beaucoup plus important que dans les autres grandes économies. La question de la pérennité de ce taux d’effort exceptionnel se pose. À la veille des investissements majeurs que va nécessiter le déploiement de la 5G, la question de la marge de manœuvre restant aux opérateurs français se pose.

2.5 Perspective sur l’investissement aux États-Unis.

Aux États-Unis, les opérateurs, bénéficiant de revenus plus élevés, augmentent leur taux d’effort et accroissent significativement leurs CAPEX dans les années à venir. Taux d’effort, USA (CAPEX / Chiffre d’Affaires) :

  • 2012 : 15 % ;
  • 2013 : 17 % ;
  • 2014 : 16 % ;
  • 2015 : 16 % ;
  • 2016 : 14 % ;
  • 2017 : 15 % ;
  • 2018 : 15 % ;
  • 2019 : 16 % ;
  • 2020 : 16 % ;
  • 2021 : 16 % ;
  • 2022 : 17 % ;
  • 2023 : 17 %.

CAPEX mobile, USA (en millions de dollars) :

  • 2012 : 29 ;
  • 2013 : 33 ;
  • 2014 : 32 ;
  • 2015 : 31 ;
  • 2016 : 27 ;
  • 2017 : 28 ;
  • 2018 : 29 ;
  • 2019 : 32 ;
  • 2020 : 33 ;
  • 2021 : 34 ;
  • 2022 : 35 ;
  • 2023 : 37 ;
  • 2018-2023 CAGR : 4,9 %.

Source : données opérateurs et estimation New Street Research.

À propos.

Depuis 1977, nos équipes proposent des missions de conseil, des services de veille des marchés et un programme de Clubs et de conférences afin de décrypter les enjeux de l’économie numérique et éclairer les décisions stratégiques de nos clients. Nous sommes fiers de travailler chaque année avec plus de 400 grandes entreprises et décideurs publics qui renouvellent leur confiance dans nos services, au travers de nos trois lignes d’activités.

Research – Observatoire mondial / rapports :
  • Analyses technico-économiques ;
  • Bases de données mondiales ;
  • Programme d’étude des tendances numériques ;
  • Publications sur les technologies futures.
Consulting :
  • Analyses de marché et usages clients ;
  • Modèles économiques ;
  • Politiques publiques ;
  • Études de faisabilité ;
  • Stratégies de transformation digitale ;
  • Accompagnement stratégique et opérationnel ;
  • Formation et communication.
Think Thank :
  • 30 Clubs sur Paris, Londres, Bruxelles et au Maroc ;
  • 3 Conférences – Montpellier, Paris et Maroc ;
  • 3 Deep Dive Workshops ;
  • DigiWorld Yearbook (International & Africa).

www.idate.org

Documents associés