Accéder directement au contenu de la page Accéder à la navigation principale Accéder à la recherche

Remise des prix Télécoms Innovations 2019 – Accès à la culture et au patrimoine par le numérique

Le 20 septembre a eu lieu le Prix Télécoms Innovations 2019, au Pavillon Vendôme à Clichy-la-Garenne.

Pour cette quatrième édition, les membres de la Fédération ont choisi le thème de l’accès à la culture et au patrimoine par le numérique, en partenariat avec le Centre Pompidou, Radio France et Télérama.

Le numérique, devenu essentiel pour notre société, présente en effet une réelle chance en matière de diffusion de la culture et de valorisation du patrimoine.

Suite à la délibération du jury composé de professionnels des télécoms et du numérique, quatre dossiers ont été sélectionnés parmi les nombreux reçus. La remise des prix a lieu le 20 septembre 2019, en présence de Michel Combot, Directeur général de la Fédération Française des Télécoms. Les lauréats ont présenté leur projet respectif et ont reçu chacun un trophée et une dotation financière.

Les opérateurs télécoms, Bouygues Telecom, Orange, SFR et Euro-Information Telecom, membres de la Fédération Française des Télécoms, proposent chaque année un appel à projets sur des thématiques sociétales majeures. Conscients des nombreux enjeux qui se jouent autour du numérique, les opérateurs s’engagent et remplissent leur mission d’acteur numérique responsable en soutenant des projets.

Cette cérémonie a eu lieu en présence de :

  • Paula FORTEZA, Députée des Français de l’étranger, Marraine du Prix Télécoms Innovations 2019 ;
  • Céline CALVEZ, Députée des Hauts-de-Seine, Vice-présidente de la Commission des affaires culturelles ;
  • Sébastien RENAULT, Adjoint au Maire de Clichy, chargé du développement économique et des entreprises.

Les quatre lauréats récompensés sont :

  • Calfa, représenté par Chahan VIDAL-GORENE, Fondateur et CEO ;
  • GranaQuest, représenté par Thibaut DUSANTER, Co-fondateur et CTO ;
  • Arbalet Frontage, représenté par Yoan MOLLARD, Ingénieur R&D ;
  • Voyage sonore 3D, représenté par Laure MATHOULIN, Chargée de mécénat.

 

Document | Dossier de presse du Prix Télécoms Innovations 2019 :

Retranscription du document :

Dossier de presse : remise des prix Télécoms Innovations 2019, « l’accès à la culture et au patrimoine par le numérique » au Pavillon Vendôme, 7 Rue du Landy, 92110 Clichy, vendredi 20 septembre à 10 heures. #PrixTélécomsInnovations

Édition 2019 du Prix Télécoms Innovations.

Pour cette quatrième édition, les membres de la Fédération ont choisi le thème de l’accès à la culture et au patrimoine par le numérique, en partenariat avec le Centre Pompidou, Radio France et Télérama.

Le numérique, devenu essentiel pour notre société, présente en effet une réelle chance en matière de diffusion de la culture et de valorisation du patrimoine.

La marraine de cette édition 2019 est Paula FORTEZA, députée des Français de l’étranger et spécialiste du numérique.

Suite à la délibération du jury composé de professionnels des télécoms et du numérique, quatre dossiers ont été sélectionnés parmi les nombreux reçus. La remise des prix a lieu le 20 septembre 2019, en présence de Michel Combot, Directeur général de la Fédération Française des Télécoms. Les lauréats présenteront leur projet respectif et recevront chacun un trophée et une dotation financière.

Les opérateurs télécoms, Bouygues Telecom, Orange, SFR et Euro-Information Telecom, membres de la Fédération Française des Télécoms, proposent chaque année un appel à projets sur des thématiques sociétales majeures. Conscients des nombreux enjeux qui se jouent autour du numérique, les opérateurs s’engagent et remplissent leur mission d’acteur numérique responsable en soutenant des projets.


  • Projet #1 : Calfa ;
  • Intervenant : Chahan VIDAL-GORÈNE, Fondateur et CEO ;
  • Emplacement : Paris ;
  • Prix remise par : Paula Forteza, Députée des Français de l’étranger et marraine du Prix Télécoms Innovations 2019.

Le Projet

Calfa est une association spécialisée dans le traitement automatique des langues anciennes, ainsi que dans le développement de systèmes intelligents destinés aux professionnels du patrimoine (solution de reconnaissance automatique de caractères pour la préservation des manuscrits et leur accessibilité, etc.). L’association souhaite mettre les nouvelles technologies au service de la langue et de la valorisation du patrimoine, et travaille en particulier sur les langues rares au patrimoine riche et au cœur d’enjeux de numérisation.

Ainsi, entre autres, pour la langue arménienne, l’association est partenaire de la bibliothèque Nubar, de la BULAC, du Musée Arménien de France, de l’IRHT-CNRS, du Matenadaran (Arménie), de la Fundamental Science Library of Armenia (Arménie) et de la Congrégation des Pères Mekhitaristes (Venise, Italie). Ces collaborations s’inscrivent dans une tendance internationale de numérisation et de mise en ligne de manuscrits et d’archives.

Calfa s’adresse aussi aux entreprises disposant de gros volumes de documents papiers manuscrits ou imprimés à traiter et qui souhaitent automatiser l’extraction de texte et leur classification.

Fondée en 2014, l’association a notamment développé une expertise pour les langues arménienne et syriaque, avec la création de grands corpus et dictionnaires enrichis en ligne, et de solutions pour leur étude.

Qui sont-ils ?

Créée en 2014, l’association Calfa (loi 1901) a pour mission de participer à la préservation de la langue arménienne et des langues anciennes, en développant des bases de données et des outils pour l’apprentissage, l’accessibilité et l’emploi de la langue et des ressources écrites. L’ambition est de non seulement participer à la préservation des ressources et des langues, mais de faciliter leur acquisition et leur accès en apportant des données intelligibles et ludiques pour le grand public.

L’avis d’Arthur DREYFUSS, Président de la Fédération Française des Télécoms :

« Ce projet est aussi rare que la langue dont il fait la promotion. L’arménien dans toute sa splendeur et bientôt, le syriaque et l’hébreu ! »


  • Projet #2 : GranaQuest ;
  • Intervenant : Thibaut DUSANTER, Co-fondateur et CTO ;
  • Emplacement : Toulouse ;
  • Prix remise par : Jean-Christophe CLAUDE, Responsable mécénat et partenariats au Centre Pompidou.

Le Projet

GranaQuest est une application mobile de jeux de piste permettant la découverte du patrimoine de façon ludique, en autonomie et à prix réduit. Au cours d’une partie durant généralement de 1 à 2h, les joueurs sont plongés dans une véritable aventure en équipe, durant laquelle ils doivent résoudre des énigmes en se basant sur la seule réflexion associée à l’observation de l’environnement immédiat et l’usage de la réalité augmentée.

Le fil conducteur entre toutes les quêtes est la récupération en fin de partie d’un des Granas ; pierres magiques disparues au fil des siècles. Le financement de GranaQuest est assuré, soit par des parties payées directement par le consommateur final, soit par des contrats avec les communautés d’agglomération.

Qui sont-ils ?

GranaQuest plonge les joueurs dans un véritable univers de quête homogène à travers un territoire. L’application propose 3 produits distincts :

  • Le premier s’adresse aux communes d’agglomération : en finançant un scénario pour les joueurs, celles-ci renforcent leur attractivité ;
  • Le second produit payant s’adresse au consommateur final et cible les joueurs d’escape game ;
  • Le troisième vise également le consommateur final et plus particulièrement les familles avec un service lui aussi payant.

Le développement territorial de GranaQuest repose sur la reproduction d’un même schéma d’implantation locale décliné à l’ensemble du territoire. Les deux fondateurs ambitionnent d’occuper une place inédite à mi-chemin entre l’espace game, le géocaching et le e-tourisme.

L’avis d’Arthur DREYFUSS, Président de la Fédération Française des Télécoms :

« L’escape game est partout, mais avec GranaQuest, il n’a jamais été aussi intelligent et spectaculaire, le tout au service des villes et villages ! »


  • Projet #3 : Arbalet Frontage ;
  • Intervenant : Yoan MOLLARD, Ingénieur R&D ;
  • Emplacement : Bordeaux ;
  • Prix remise par : Matthieu BEAUVAL, Directeur de l’accélération et du partage de l’innovation chez Radio France.

Le Projet

Il s’agit d’un kit d’illumination architecturale mobile permettant de créer des installations artistiques éphémères sur des façades extérieures de bâtiments.

Sa particularité est son triple usage : art numérique, divertissement et éducation. Le dispositif est interactif via une application dédiée et il s’accompagne de ressources pédagogiques conçues pour sensibiliser le public à la programmation informatique par l’usage de l’art urbain.

Testé depuis 2017 auprès de 500 étudiants de l’Université de Bordeaux sur une installation artistique pérenne, nous souhaitons désormais lui permettre de toucher un public plus fragile isolé des métropoles.

Notre initiative Code Couleur, propulsée par le développement d’une version mobile d’Arbalet Frontage, la fera se déplacer dans 6 établissements scolaires de Nouvelle Aquitaine au contact de 200 jeunes : des collégiens, en pleine phase d’apprentissage du numérique, et des jeunes de 18 à 22 ans des missions locales, qui cherchent encore leur voie et pour lesquels nous pensons que le numérique est une bonne option.

Qui sont-ils ?

Aubrune imagine et conçoit des systèmes numériques sur mesure à des fins artistiques ou éducatives. Avec l’apport de la robotique et des arts visuels, le groupe utilise la technologie comme un messager spectaculaire et un vecteur de savoir-faire.

La finalité d’Arbalet Project est claire : faire de l’art le levier pédagogique des métiers du numérique. Pour mettre en lumière ce projet, Aubrune introduit l’art afin d’interagir avec l’environnement et a comme objectif précis, d’apprendre la programmation informatique.

L’avis d’Arthur DREYFUSS, Président de la Fédération Française des Télécoms :

« Nous avons avec ce projet voulu mettre en lumière un codage intelligent et artistique. Ce projet est tout simplement génial ! »


  • Projet #4 : Voyage sonore 3D ;
  • Intervenant : Laure MATHOULIN, Chargée de mécénat ;
  • Emplacement : Saintes ;
  • Prix remise par : Catherine SUEUR, Présidente de Télérama.

Le Projet

Le Voyage sonore 3D est un dispositif de médiation pour de nouveaux types de visites immersives et créatives. Il s’adresse à tous les lieux qui souhaitent diversifier leur offre : monuments, musées, villes, jardins…

Le Voyage sonore 3D renforce l’accessibilité à un lieu ou à une œuvre grâce à 3 ressorts :

  • Une narration originale avec de vrais partis pris suscite des émotions : votre histoire interpelle le visiteur et peut-être jusqu’à 22 fois mieux mémorisée que les données seules ;
  • La musique appuie la magie de votre récit et donne à entendre ce qui ne peut être raconté ;
  • Un dispositif technique léger, composé d’un casque, permet au visiteur de se concentrer sur son expérience. L’enregistrement en son binaural permet de simuler les conditions d’écoute naturelle pour une immersion totale.

Qui sont-ils ?

Le Voyage sonore 3D a été développé par un groupement de sociétés. L’agence Modulo a apporté son expertise en conception et réalisation d’écosystèmes digitaux, Aubry et Guiguet étaient en charge de la programmation culturelle et l’Abbaye aux Dames son savoir-faire en ingénierie culturelle.

Le Voyage sonore 3D s’est associé à l’Abbaye aux dames pour proposer cette expérience à d’autres sites et organisations culturelles. Ce projet ambitieux en son binaural, son écouté à l’aide d’un casque stéréophonique dont la fréquence diffère d’une oreille à l’autre, restitue l’écoute naturelle.

L’objectif établi du Voyage sonore 3D est de faire rentrer le visiteur dans un lieu en pleine immersion et de lui faire découvrir un site de manière décalée comparé aux visites ordinaires dont les touristes ont l’habitude. Cette technologie mise en place incite le visiteur à regarder le site avec plus d’attention, en souligner la singularité et d’explorer les œuvres de manière à avoir un autre aperçu.

L’avis d’Arthur DREYFUSS, Président de la Fédération Française des Télécoms :

« Un système n’aura jamais aussi bien porté son nom. Il s’agit d’un voyage, où le son vous enveloppe et vous transporte dans une autre dimension. Nous avons récompensé un choc sensoriel ! »

 


 

Document | Patrimoine et culture : quelle place pour le numérique selon les Français (infographie) :

Retranscription du document :

Patrimoine et culture : quelle place pour le numérique selon les Français

1. Le patrimoine : les Français l’aiment, et il reste encore à découvrir

  • 87% des Français affirment visiter les monuments historiques ;
  • 68% indiquent n’avoir pas encore visité tout le patrimoine près de chez eux.

2. Des jeunes intéressés par la culture

66% des Français pensent que la culture est importante dans leur vie mais ils partagent des inquiétudes vis-à-vis des difficultés d’accès :

  • 64% financièrement ;
  • 58% plus particulièrement pour les habitants des zones rurales.

et 63% estiment qu’elle n’est pas suffisamment enseignée à l’école.

FOCUS JEUNES

  • 75% des moins de 35 ans affirment s’intéresser à la culture et ils indiquent consommer plusieurs fois par semaine :
  • 55% musique en streaming ;
  • 40% films à la TV ;
  • 39% séries en streaming ;
  • 39% séries à la TV ;
  • 36% jeux vidéo ;
  • 32% films en streaming ;
  • 29% livres.

3. Le numérique, une bonne solution pour faciliter l’accès à la culture

71% des Français estiment que le développement du numérique dans le domaine de la culture est une bonne chose, à la fois pour :

  • 80% les spectateurs ;
  • 76% les artistes ;
  • 76% les lieux de culture.

Il permet notamment un meilleur accès…

  • 84% en touchant de nouveaux publics ;
  • 84% en rendant les œuvres plus accessibles (dématérialisation) ;
  • 84% en facilitant la compréhension des œuvres ;
  • 80% en rapprochant les œuvres des enfants.

FOCUS JEUNES

Les 18-24 ans se montrent particulièrement intéressés par les apports du numérique :

  • 74% pour participer à une exposition immersive ;
  • 71% pour la visite d’un monument en réalité augmentée ;
  • 65% pour la visite d’un musée en réalité augmentée.

Enquête Harris Interactive pour la Fédération Française des Télécoms réalisée en ligne du 27 au 29 août 2019. Échantillon de 1 000 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Document | Patrimoine et culture : quelle place pour le numérique selon les Français (rapport complet) :

Documents associés

Voir aussi