3 juil 2012
SPAM, SMS & Vocal

Le 33700, un dispositif efficace de lutte anti-spams par SMS

06
MIN
Pour lutter contre les spams qui renvoient le plus souvent vers des numéros surtaxé et protéger les consommateurs, les opérateurs télécoms membres de la Fédération et les éditeurs de services ont lancé en novembre 2008 le 33700.

33700 - Préserver votre mobile du spam

On reçoit parfois sur son téléphone mobile des SMS de type « salut, c’est moi… rappelle-moi au 089…… » ou des notifications de gains à des loteries… renvoyant le plus souvent vers des numéros surtaxés. Pour protéger les consommateurs, les opérateurs télécoms membres de la Fédération et les éditeurs de services ont lancé le programme 33700 en novembre 2008.

Le 33700 est un dispositif d’alerte et de traitement permettant aux consommateurs de signaler ces SMS abusifs afin de lutter plus efficacement contre ce type de pratiques frauduleuses. Il vient compléter le dispositif déjà en place avec les fonctions STOP et CONTACT.

Le principe est simple :

  1. Dès qu’un consommateur reçoit un SMS qu’il soupçonne d’être un spam, il peut tout simplement le signaler en le transférant gratuitement au 33700.

  2. Il reçoit alors un accusé de réception lui demandant de préciser le numéro émetteur du présumé spam.

  3. A partir de là, son SMS est signalé. Débute alors une phase de qualification du message, menée par l’opérateur concerné pour savoir s’il s’agit bien d’un spam.

Si c’est le cas, les opérateurs prennent les mesures nécessaires pour que l’éditeur de services indélicats arrête ces pratiques. Ces mesures peuvent aller de la mise en demeure à la coupure du numéro.

Attention, certains SMS commerciaux ne sont pas des spams. Il s’agit par exemple de promotions ou d’annonces publicitaires pour des services auxquels un consommateur peut avoir déjà souscrit dans le passé. S’il ne souhaite plus en recevoir, il lui suffit de répondre STOP à ce message.

En juin 2010, le 33700 a été élargi au spams vocaux avec le même principe de signalement. Si un consommateur reçoit un appel ou un message douteux, l’incitant à rappeler un numéro surtaxé, il peut envoyer au 33700 la mention « spam vocal + le numéro d’appel » pour réaliser un signalement.

Au 30 juin 2012, plus de 4,6 millions de signalements de spams par SMS avaient été transmis, dont plus de 2,8 millions identifiés comme des spams avec des numéros de rebond vers des services surtaxés. Côté spam vocal, c’est près de 25 000 signalements qui ont été réalisés.

A partir de ces signalements, les opérateurs adressent plusieurs dizaines de rappels à la loi et de mises en demeure par mois aux éditeurs indélicats identifiés par leurs services. Près de 1 590 coupures de numéros et plusieurs dizaines de résiliations de contrats ont déjà été effectuées.

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms