Individus connectés

24 mar 2014

Les « selfisoloirs », gardiens du secret de l’isoloir

Le premier tour des élections municipales et la floraison de « selfisoloirs » auxquels il donne lieu confirment une des conclusions majeure de l’enquête ethnographique menée par Laurence Allard et Joëlle Menrath pour les élections présidentielles et législatives en 2012 : les internautes s’expriment sur leur vote sans le dévoiler pour autant.
27 fév 2014

Peut-on parler d’addiction aux nouvelles technologies ?

La terminologie psychopathologique de l’addiction est aujourd'hui dans toutes les bouches. Face à la fortune de ce terme, il est important de rappeler que l'invocation de cette pathologie pour qualifier le besoin que les individus ressentent à l'égard de certains outils et services numériques est un abus de langage. La FFTélécoms a demandé à la sociologue Joëlle Menrath, à l'occasion de la 4ème "journée sans Facebook" de répondre à la question de l'addiction ou pas aux nouvelles technologies.
30 mai 2013

1 jour, 1 idée reçue : Sommes-nous vraiment tous « addicts » aux technologies numériques ?

« Etre addict à son téléphone mobile, aux séries TV, à son ordinateur, à facebook » … sont des formulations aujourd’hui courantes, qu’il faut prendre au sérieux : elles sont des indices forts d’un nouveau rapport aux outils et services numériques, désormais placés sous le signe de l’intériorité. Mais cet étiquetage issu du vocabulaire médical masque des logiques d’usage complexes, qui n’ont aucun caractère pathologique. La contrainte que le numérique fait peser sur nos existences n’est pas forcément celle que l’on croit : pour les interviewés, l’abandon aux tentations numériques apparaît moins problématique que les efforts d’auto-discipline et l’hyper-réflexivité nécessaires pour maintenir un équilibre de vie.
24 juil 2012

Usages des vacanciers connectés : SMS, posts, géolocalisation : les nouvelles « cartes postales » des vacances

Certains peuvent avoir envie de « se déconnecter » pendant les vacances. Certains sont dans la nécessité de rester connectés même pendant cette période (familles séparées, personnes en recherche d'emploi, malades connectés à des services d’urgence, … ). Mais beaucoup font de leurs outils numériques un usage estival, au travers notamment de nouvelles façons de « faire signe » depuis leur lieu de villégiature.

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms