29 juil 2013
Partenariat

Yves Le Mouël était aux 4ème Rencontres Parlementaires sur l'Economie Numérique : retrouvez son intervention

06
MIN
Yves le Mouël intervenait le 11 juin dernier aux 4ème Rencontres parlementaires sur l'économie numérique dans la session "Numérique et territoires"

Suite à l'invitation de Corinne Erhel, députée des Côtes-d’Armor et Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir, Yves le Mouël intervenait le 11 juin 2013 aux 4ème Rencontres parlementaires sur l'économie numérique dans la session "Numérique et territoires". 

Retrouvez ci-dessous son intervention en qualité de directeur général de la FFTélécoms et membre de la plateforme d'Objectif Fibre sur le thème : Standardisation et harmonisation technique : des enjeux structurants pour relever le défi du FTTH en France – une filière mobilisée.

« J'aimerais vous parler des enjeux du très haut débit fixe. 
La Fédération Française des Télécoms a engagé un certain nombre de moyens en son sein, comme avec des partenaires externes, avec lesquels nous avons imaginé qu'un jour le très haut débit serait une réalité industrielle, et qu'il fallait donc s'y préparer. 
Nous devions être en mesure de fibrer et de câbler plusieurs millions de prises par an si nous voulions atteindre notre objectif ambitieux. Il ne s'agit pas d'une œuvre de stratège, mais d'une œuvre d'organisateur. 

Des processus sont à industrialiser. Nous nous sommes penchés sur cette phase, sans doute un peu ingrate pour certains, mais qui nous paraît indispensable : l'industrialisation. 

Notre préoccupation, dans la phase d'optimisation d'ingénierie, concerne des réflexions sur l'information des personnes concernées par ce sujet, la standardisation des processus et les formations devant accompagner la montée en compétences des personnels. Nous avons travaillé dans le cadre de la plateforme « Objectif fibre » pour définir des éléments d'appréciation.

Nous avons transmis de l'information vers des cibles intermédiaires indispensables (syndics, architectes, etc.) et avons mis en place un site et diffusé des brochures à cet effet. Il existe un grand besoin de standardisation ; notre situation est inédite : nous devons apporter le très haut débit avec de la fibre jusqu'à l'abonné pour des dizaines de millions de foyers, avec plusieurs interlocuteurs et acteurs différents (opérateurs privés, opérateurs publics, etc.). Cet aménagement du territoire se fera donc avec un nombre extrêmement important d'acteurs. Il faut que cette construction du très haut débit se fasse malgré tout de manière très homogène. 

Nous avons donc travaillé sur le sujet de la standardisation de manière très pragmatique, avec tous ceux qui sont concernés par l'établissement de cet outil, au-delà des normes qui sont finalisées continûment (y compris au niveau international). Nous avons travaillé à l'élaboration de guides pratiques, à l'utilisation d'installateurs pour ceux qui sont concernés par la mise en place des nouveaux réseaux. Ce sont ces types de travaux qui sont indispensables pour les acteurs du développement, et que nous devrons terminer dans les mois prochains de façon à obtenir une homogénéisation nationale.

Le troisième domaine sur lequel nous intervenons est celui de la compétence nécessaire pour la réalisation des réseaux. Cette compétence n'est pas naturelle. Les électriciens et les installateurs télécoms ne se rencontraient pas auparavant ; nous visons à ce que ces deux populations déploient de la fibre ensemble ; des formations sont donc à prévoir, de même qu'un dispositif pour l'organisation des réseaux, la maintenance et l'adaptation aux nouveaux matériels et équipements. En collaboration avec le ministère de l'Éducation nationale, nous avons conçu un programme pour définir la formation initiale. Dès 2014 sortiront de toutes les branches professionnelles techniques, électroniques et électromécaniques (BTS, etc.) des jeunes diplômés certifiés intégrant cette capacité à déployer des réseaux de fibres. Concernant la formation permanente, en guise d'appui technique prospectif, nous avons lancé une étude avec la DGEFP, qui nous permettra d'évaluer précisément les besoins quantitatifs et qualitatifs de la population concernée. Plusieurs milliers de personnes seraient à former au déploiement de la fibre, dans les années qui viennent. Nous devrons définir ces formations, les outils nécessaires et la localisation des populations. Nous fournirons ces éléments très prochainement. Les programmes et des organismes de formation seront labellisés."

Retrouvez l'ensemble des échanges des Rencontres Parlementaires sur l'Economie numérique ci-dessous : 

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms