4 nov 2009
Réseaux mobiles

Un rapport parlementaire refuse tout « alarmisme excessif »

Présenté mercredi 4 novembre 2009 par le député UMP de la Somme, Alain Gest, le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur les « incidences éventuelles sur la santé de la téléphonie mobile» refuse tout « alarmisme excessif ». Il recommande en outre des « mesures de bon sens » comme un permis de construire pour les antennes-relais ou des téléphones avec oreillette rétractable.

Pas de risque avéré pour les antennes et pour l’utilisation des téléphones portables à court terme

Alain Gest

Citant des études scientifiques, Alain Gest a souligné l’absence de « risque avéré» pour les antennes et pour l’utilisation des téléphones portables – à tout le moins pour des périodes d’utilisation inférieures à 10 ans. Pour des périodes supérieures, il a souhaité une poursuite des recherches en raison du manque de recul.

Le rapport considère comme « un alarmisme excessif » l’évocation de risques sanitaires imputables à la téléphonie mobile et estime « discutable » la remise en cause de la réglementation actuelle, qui, dit-il, « garantit des niveaux d’exposition protecteurs ».

Un principe d’attention plutôt que de précaution

Vantant la transparence du système français de mesure, il récuse la possibilité d’appliquer le principe de précaution aux antennes-relais de téléphonie mobile, lui préférant un simple « principe d’attention », fondé sur une meilleure information des populations.

Un permis de construire pour les antennes-relais

Le député a proposé qu’un permis de construire soit obligatoire pour toute installation d’antenne-relais.

Une taxe sur la vente des téléphones mobiles, l’installation d’une oreillette rétractable

Il a également suggéré d’instaurer « une taxe de 0,50 euro sur chaque téléphone mobile vendu » afin de financer « une structure pérenne de recherches », qui serait notamment chargée d’études indépendantes sur l’impact sanitaire des technologies sans fil.

Il a également demandé l’installation, sur tous les nouveaux portables, d’une oreillette rétractable. Il faudrait, a-t-il déclaré, « inciter les fabricants à produire un téléphone portable équipé d’une oreillette rétractable, ce qui supprime le haut-parleur, des brevets ayant déjà été déposés sur des tels produits ».

Des recherches plus poussées sur l’électrosensibilité.

Le député a suggéré de « développer la recherche sur les causes des problèmes rencontrés par les personnes se déclarant électrohypersensibles ».

Lire le rapport

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms