7 mar 2012
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker
Décryptage

Un focus sur le Mobile Word Congress 2012 sans oublier la sortie du Raspberry PI : l’internet élargi

Le Mobile World Congress, qui s’est tenu à Barcelone du 27 février au 1er mars, a réuni autour de la thématique « Redefining Mobile » plus de 60 000 acteurs des différents secteurs concernés.  Cette « redéfinition du mobile » peut être résumée en termes de connexion généralisée à tous les secteurs (santé, énergie, automobile...) ainsi que par une intensification de l’accès ubiquitaire aux contenus de l’internet mobile. Ce qui suppose que les réseaux 4G et le stockage dans les nuages progressent, que l’équipement en smartphones se massifie, que la quête d’interopérabilité des radio étiquettes NFC pour le paiement mobile, des webapp en HTLM5 pour les différents terminaux ainsi que celle des standards de communication dans l’internet des objets se poursuive. Dans le cadre de ce chantier technologique, la vidéo en live ou le commerce hybridant informations commerciales en ligne et paiements mobiles en magasin sont pointés comme des services prometteurs. La « rédéfinition du mobile » au programme du Mobile World Congress semble ainsi désigner bien plutôt son expansion hors de la traditionnelle technique de communication interpersonnelle au profit de la connexion élargie des hommes aux choses en passant par les animaux comme nous l’avions noté lors d’une précédente veille. Une expansion qui doit aussi s’appliquer aux pays émergents, pour lesquels les technologies des capteurs connectés ou les smart grids s’avèrent cruciaux dans le cadre d’un développement durable pour la planète. In fine, ce qui semble bel et bien redéfini est le domaine informatique dans sa première incarnation qu’a été l’ordinateur. L’ordinateur qui poursuit donc sa mue soit sous forme d’un smartphone se connectant à l’internet mobile, soit sous la forme d’un ordinateur sans écran ni clavier, pas plus grand qu’une carte de crédit et vendu au prix de 35 dollars, le Raspberry PI, qui pourrait s’avérer être le terminal idéal de l’internet élargi.

 

Influencia / Que retenir du Mobile World Congress 2012 ?

Cet article opère une synthèse bienvenue du foisonnant MWC 2012 à travers trois tendances : la démocratisation des smartphones, les services à venir (NFC, 4 G) et leurs architectures techniques (HTML5). 

Du côté des constructeurs, ce sont en effet les annonces dans la gamme des smartphones qui ont été nombreuses avec en moyenne 3 offres par acteurs du secteur. Les innovations des smartphones concernent notamment la qualité des appareils photos, l’intégration d’un projecteur et l’amélioration continue des processeurs.  Du côté des systèmes d’exploitation, la part de marché d’Android semble devoir augmenter encore à partir des 50% déjà occupée puisque les annonces de nouveaux smartphones les font tourner de façon majoritaire sous Android.

Pour ces smartphones dont le monde va s’équiper dans les années à venir – avec 40% en France pour l’instant -, de nouveaux services innovants vont émerger supportés par deux technologies : la 4G –prévue en France en 2013 et le NFC –largement implémenté d’ici 2 ans. Le billet mentionne des parcours de consommateurs équipés d’un mobile NFC qui paient leurs stationnements ou se géolocalisent dans des espaces intérieurs ou qui grâce à la 4G peuvent expérimenter les jeux multi-joueurs et télécharger des films entiers sur leurs smartphones. Ces nouveaux services vont bousculer quelque peu les frontières entre sites mobiles et applications. En effet, si le langage de programmation HTML 5 s’impose, c’est un monde de webapp qui va être développé pour une compatibilité indispensable entre les terminaux de différentes marques.

MWC2012 NFC 4G HTML5

 

Metamédia / Mobiles Barcelone : vers un Facebook des objets ?

Cet ample compte-rendu du blog de veille technologique de France Télévisions du Mobile World Congress 2012 met l’accent sur les principaux axes de redéfinition du mobile qui était le cœur thématique de cette 7ème édition : le m-commerce, l’internet des objets et l’extension de la connectivité aux secteurs de la santé, des transports, de loisirs. Pour comprendre l’actualité de cette redéfinition, il importe de pointer le caractère massif de l’internet mobile à travers le rappel de chiffres toujours impressionnants avec par exemple les 850 00 OS Android activés chaque jour, les 18 milliards d’applications mobiles téléchargées par jour avec une offre de 15 000 par semaine et 1 million lancé depuis quatre an ou l’explosion du trafic mobile représentant désormais 8 fois le trafic internet de l’an 2000. Concernant le m-commerce, la perspective tend à l’hydridation entre le magasin de détail physique et le commerce en ligne par l’intermédiaire d’un mobile qui pourrait tenir lieu de portefeuille  avec coupons de réduction inclus, être un moyen de paiement ou un outil de commande en ligne à partir d’un QR Code scanné ou d’une information envoyée par une radio étiquette NFC. L’auteur note avec justesse que le m-commerce concerne le monde dans son ensemble puisque les pays en développement sont aussi pionniers dans le paiement mobile et que les pratiques de consommation hydrides en Occident sont déjà très avancées. Autre tendance prometteuse, l’internet des objets avec une évaluation à 10 milliards d’objets connectés d’ici 2016 pour 6 milliards en 2011. Une estimation du marché des objets connectés s’élève à 4 500 milliards de dollars à l’horizon 2020, ce qui comprend par exemple 600 milliards de voitures connectés ou 350 milliards pour la santé. Parmi les secteurs concernés par l’internet des objets, on peut citer les loisirs, la communication, la vie, la sécurité, la gestion de l’énergie, la santé et l’agriculture.  L’échelle globale est soulignée par le compte-rendu avec cette citation du CEO de l’opérateur Airtel : «En Europe et aux Etats-Unis, le mobile est un game changer, dans les pays émergents, il change la vie des populations. Il n’y pas moins de 600 millions de portables en Inde à des prix pouvant aller jusqu’à 18 dollars. Nous avons besoin de smart phones autour de 50 dollars.» Notions que l’auteur mentionne les mutations des modèles d’affaires des opérateurs à venir sur le mode des plates-formes horizontales de services pour ces réseaux toujours plus « intelligents. » en rapportant parfois des propos caricaturaux de certains acteurs. L’interopérabilité nécessaire pour le déploiement de l’internet des objets et du paiement mobile devra supposer également un dialogue productif entre les acteurs.

Mcommerce Internetdesobjets MWC 2012

 

Slate-WIP / Les liaisons mobiles

Autre compte-rendu du Mobile World Congress, celui de la directrice de la prospective à l’école de journalisme de Sciences Po, qui met en perspective la place du mobile dans l’écosystème des TIC. Elle cite de façon significative le directeur de la technologie de Facebook affirmant qu’aujourd’hui, ce réseau social serait inventé comme une application mobile plutôt qu’un site pour ordinateur. Outre la vidéo qui est encore une fois ici mise en avant comme « nouvelle reine des contenus mobiles », dont le trafic représente 52% en 2011 du trafic de l’internet sur mobile, ce sont ses spécificités qui été détaillées lors de ce congrès. Ainsi, les vidéos mobiles se caractériseraient par l’urgence, elles doivent pouvoir vues en mobilité. C’est pourquoi des chaînes comme Al Jazeera misent-elles sur le livestream, la vidéo mobile en live au sein de plates-formes qui vont intégrer des contenus vidéos reçus d’amateurs dans le cas d’événements comme en Syrie en ce moment. Autre paradigme valorisé par ce compte-rendu, la connectivité couplée au stockage dans les nuages qui redéfinirait le « métier » des opérateurs comme « vendeur d’accès à internet en mobilité.» Une connectivité qui passerait même la barrière de l’eau avec les téléphones étanches proposés par Fujitsu. D’où la sempiternelle conclusion sur les risques d’addiction à la connexion et des néo-maladies inventées de toute pièce comme la « monophobie » ou peur de perdre son portable et dont la nature même (addiction à quoi ?) n’est évidemment pas approfondie.

MWC2012 vidéo live cloud accès Syrie

 

ITU / Discours du Secrétaire Général au World Mobile Congress : le haut débit, l’internet des objets et les réseaux intelligents pour les pauvres.

Il est intéressant de rapporter ce discours du Secrétaire Général de l’Union Internationale des Télécommunications pour aborder dans une perspective globale le MWC. En effet, suivant les acteurs du secteur, les pays émergents formeront d’ici 5 ans les premiers marchés du mobile.  Pour ce faire, c’est également au plan des infrastructures techniques qu’il faut soutenir l’innovation. Le secrétaire général de l’ITU évoque ainsi le chantier du haut débit pour parachever la mutation qui a l’accès à la télécommunication avec 6 milliards d’abonnements au mobile.  Ce chantier des réseaux Haut Débit est celui des infrastructures de base, à l’instar des routes, des chemins de fer, des réseaux d'eau et d'électricité. Ce chantier est aussi celui des services et applications innovants dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’agriculture et du développement durable.

Il apparait de façon flagrante dans ce discours rappelant le travail de la commission « Haut Débit de l’ITU » que la connectivité élargie de l’internet mobile et de l’internet des objets constitue un apport social crucial dans les pays pauvres et les pays émergents...peut-être de façon plus vitale encore que dans les pays développés. L’ingéniosité des dispositifs basés sur les SMS par lesquels se sont inventés le mBanking, le mHealth ou le mLearning n’est plus à prouver mais suivant le Secrétaire Général, les réseaux Haut Débit doivent désormais supporter une nouvelle phase d’innovations que l’internet mobile et l’internet des objets représentent. Ils citent ainsi les envois au médecin d’électrocardiogramme établis par smartphones ou les applications médicales signalant les contrefaçons de médicaments ou permettant l’analyse de la photographie d’un échantillon de santé pour détecter les parasites du paludisme. Il rappelle que, contrairement à ce que prétendent certains, la technologie de pointe peut aider à résoudre les problèmes de la faim ou de la pauvreté et qu’il ne suffit pas de continuer de permettre d’acheter à crédit des téléphones mobiles bon marchés 2G, car la puissance de stockage du cloud assortie à des réseaux de communication à larges bandes passantes sont aujourd’hui nécessaires au développement économique. La gestion de l’eau utilisant les technologies des capteurs connectés ou les compteurs intelligents s’avèrent indispensables pour que un développement durable à l’échelle de la planète des pays pauvres et émergents. Il plaide enfin pour une « réglementation douce » dans le déploiement des réseaux mobiles Haut Débit dans le cadre des rencontres à venir qui devront statuer sur les spectres et les attributions de fréquence.

3G Global ITU DéveloppementDurable PaysEmergents MWC2012

 

Framablog / Raspberry

La tenue du Mobile World Congress a quelque éclipsé un événement intéressant dans cette perspective de redéfinition de l’informatique en réseau à travers la mobilité : la sortie d’un ordinateur de petite taille et à petit prix : le Raspberry PI. Les 10 000 premiers exemplaires, fabriqués en Chine, ont été vendus en ligne en quelques minutes le jeudi 01 mars 2012. Cet ordinateur minimaliste, sans écran ni clavier, se compose d’un processeur ARM 11 700 MHz et d'un processeur graphique Videocore 4 pour des vidéos en haute définition (1080p) et 256 MB de mémoire vive. En revanche sa connectique est maximaliste : HDMI, USB 2.0, Ethernet, prise RCA, support pour cartes SD et prise jack. Il fonctionne grâce à un système d'exploitation - Fédora/Linux - sous licence logiciel libre (GPL) contenu dans  une carte SD. L’article, traduit ici par le site spécialisé dans les outils libres Framasoft, met en avant le caractère appropriable de cet ordinateur, qui pouvant être branché à de nombreux terminaux et autres objets à connecter ou se prêtant à des biens des « bidouilleries », s’inscrit finalement tout à fait dans le devenir mobile et démocratique de l’informatique en réseau.

RaspberryPI Ordinateur Innovation

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms