26 aoû 2013
Communiqué de presse

Remise aux ministres des rapports sur les travaux menés depuis 2009 sur les antennes-relais

05
MIN
Remise des rapports sur les travaux menés depuis 2009 sur les antennes-relais à Philippe MARTIN, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et à Fleur PELLERIN, Ministre déléguée auprès du Ministre du Redressement productif en charge des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique.

Retrouvez en pièce jointe de cet article :

  • le communiqué de presse de la FFTélécoms,
  • le communiqué de presse du ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie et du ministère délégué en charge des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique, 
  • le rapport du COPIC du 31 juillet 2013.

La Fédération Française des Télécoms salue la publication des deux rapports qui synthétisent les travaux menés pendant 4 ans par l’Etat (Ministères, ANFR…), les élus (AMF, AMGVF, AVICCA…), les associations (CLCV, CRIIREM, FNE, Priartem… et Robin des Toits jusqu’en janvier 2013) et les opérateurs de télécommunications, dans la continuité de la Table Ronde du printemps 2009 sur les radiofréquences. Ces travaux ont porté d’une part sur l’exposition aux ondes radio et d’autre part sur l’information et la concertation pour les projets d’antenne-relais.

Concernant l’exposition aux ondes radio, les travaux techniques ont fait l’objet d’une mobilisation inédite et de grande ampleur de l’ensemble des parties prenantes, tant au niveau national qu’au niveau local, dans les 16 communes pilotes représentant les différents types d’environnement géographique (rural, urbain…).

Ils ont associé des mesures sur le terrain et des modélisations permettant d’avoir des résultats dans plus de 300 millions de points, sur toutes les surfaces au sol et sur toutes les façades de bâtiments.

Les travaux techniques montrent que :

  • dans plus de 99% des points,  l’exposition aux antennes-relais est aujourd’hui inférieure à 1/10ème des seuils recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui sont compris entre 40 V/m et 61 V/m pour les fréquences utilisées par la téléphonie mobile ;  
  • une réduction générale des puissances dégraderait fortement la couverture et nécessiterait l’ajout d’un nombre considérable d’antennes-relais, uniquement pour compenser les pertes de couverture ;
  • une baisse du seuil à 0,6 V/m impliquerait de multiplier le parc d’antennes-relais au moins par 3, uniquement pour retrouver la couverture 2G et 3G actuelle et sans aucune garantie sur la qualité des services mobiles (débit et capacité pour l’Internet mobile…).

La qualité des travaux menés dans le cadre de la table ronde permet de fournir des résultats qui éclairent utilement les débats sur les antennes-relais. Ainsi, concrètement, le déploiement en cours de la 4G par les opérateurs qui amène une expérience client révolutionnaire et permettra de développer les usages et la compétitivité des entreprises peut désormais s’appuyer sur les résultats aujourd’hui publiés en matière d’information et de concertation visant à améliorer la transparence en ce qui concerne l’installation des antennes relais. Ces résultats doivent maintenant faire l’objet d’une information claire et pédagogique de la part de l’Etat à l’attention de l’ensemble des parties prenantes.

Rappelons qu’il a fallu plus de 20 ans pour installer les 55.000 antennes-relais en service en France.

Au moment où notre pays a besoin de réseaux mobile à très haut débit (4G) et où l’investissement dans ces réseaux est un levier pour la croissance, l’emploi et l’innovation, il ne serait ni raisonnable, ni supportable par les opérateurs de financer l’installation d’au moins 110.000 antennes-relais supplémentaires 2G ou 3G, pour compenser les pertes de couverture causées par le passage au seuil de 0,6 V/m qui n’est recommandé par aucune agence publique d’expertise au monde et qui n’est en vigueur  nulle part au monde.

Aujourd’hui, l’Etat, les communes, les opérateurs, les bailleurs et les riverains ont besoin de confiance et de sérénité pour réussir, ensemble, l’aménagement numérique du territoire national. Les travaux de la Table Ronde menés dans cet esprit ont amené des avancées indiscutables sur lesquelles il faut maintenant capitaliser.

Découvrez ci-dessous le rapport du COPIC ci-dessous : 

Documents associés :

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms