3 déc 2012
Communiqué de presse

Les 20 ans du SMS

3 décembre 1992 : Neil Papworth, employé d’une société informatique britannique, envoie le premier Short Message Service (SMS) commercial vers un téléphone mobile sur le réseau GSM. 3 décembre 2012 : des milliards de SMS sont envoyés à travers le monde et les chiffres ne cessent d’augmenter mois après mois. Pourtant personne ne présageait une telle explosion des usages, pas même les opérateurs télécoms.

3 décembre 1992 : Neil Papworth, employé d’une société informatique britannique, envoie le premier Short Message Service (SMS) commercial vers un téléphone mobile sur le réseau GSM.

3 décembre 2012 : des milliards de SMS sont envoyés à travers le monde et les chiffres ne cessent d’augmenter mois après mois.

Pourtant personne ne présageait une telle explosion des usages, pas même les opérateurs télécoms.

La vocation du SMS au moment de son invention était très restreinte : il n’était qu’un mode de transmission particulièrement économe en bande passante destiné à indiquer aux utilisateurs qu’ils avaient reçu un message vocal. Cas exemplaire de l’innovation par les usages, le SMS a rapidement été mis au service d’échanges interpersonnels pour rencontrer ensuite le succès qu’on lui connaît. Cette communication peu prometteuse en 160 caractères devait en effet améliorer considérablement la condition des utilisateurs de téléphones mobiles : en se dotant du SMS, l’outil censé permettre une joignabilité maximale devenait celui de la joignabilité non intrusive, qui associait la discrétion à l’immédiateté.

Une évolution fulgurante du nombre de SMS envoyés en France (Infographies FFTélécoms – libres de droits)

Evolution SMS émis au 1er janvier depuis 2005  Evolution nombre SMS émis depuis 2000   Evolution nombre de SMS émis par mois et par client depuis 2008

Ce que les SMS ont changé dans nos vies 

Contrairement à la parole téléphonique, facilement observable, un SMS se fait en silence et dans une discrétion constitutive : il reste souvent une activité opaque pour les personnes en présence. Que fabrique-t-on au juste en écrivant un SMS ? Plusieurs enquêtes ethnographiques autour de cette pratique silencieuse, menées depuis 2005 par Joëlle Menrath (1), seule ou avec Laurence Allard, Anne Jarrigeon, Olivier Aïm, et Hécate Vergopoulos (2) ont permis de formuler les dix clés d’interprétations suivantes :

  1. Les SMS ont contribué à la généralisation de l’écriture au quotidien.
  2. Les SMS ont désacralisé le rapport à l’écrit, sans pour autant le dénaturer, contrairement à ce qu’ont pu prétendre ses contempteurs.
  3. Loin de se réduire à leur usage de coordination ou d’organisation, les SMS sont un support d’expression qui participe chez tous d’une forme de stylisation de l’existence.
  4. Chez les adolescents, le besoin expressif est plus fort que chez leurs aînés : les SMS sont au service d’un processus de création de soi par petites touches.
  5. Les SMS ont doté le téléphone mobile, censé offrir la possibilité d’être joint à toute heure et en tout lieu, d’une forme de joignabilité non intrusive.
  6. Les SMS permettent d’entretenir des liens à peu de frais et d’éviter de s’engager dans une interaction quand on ne le souhaite pas.
  7. En tant que ressource expressive à portée de main, souvent mobilisée sous le coup de l’impulsion, les SMS conduisent à partager des pensées, des émotions, des désirs, ou des fantasmes qui auraient pu rester lettre morte.
  8. Révélant parfois des pans de vie ou des mouvements intérieurs qui doivent rester secrets, les SMS font couramment l’objet d’investigations indiscrètes entre proches.
  9. Le SMS n’a pas seulement transformé les relations à distance : les relations en présence composent désormais naturellement avec un « hors champ », qui peut se manifester à tout moment sous la forme d’un SMS s’affichant sur l’écran de son mobile.
  10. En les précédant et en les prolongeant, les SMS élargissent le périmètre des rencontres de face à face, et les dotent d’un cadre d’expression supplémentaire.

(Retrouvez le détail de ces 10 points  en cliquant ici )

20 ans de SMS en quelques dates

  • 3 décembre 1992 : « Merry Christmas »  est le contenu du 1er SMS envoyé de l’ordinateur de Neil Papworth sur le téléphone mobile « Orbitel 901 » de Richard Jarvis, un des dirigeants de Vodafone.
  • 1993 : NOKIA commercialise le premier téléphone mobile à pouvoir envoyer et recevoir des SMS.
  • 1995 : Le système T9 (« Text on 9 keys », littéralement SMS sur 9 touches) permettant la saisie intuitive, dite prédictive, des lettres du clavier, est embarqué dans la plupart des téléphones mobiles commercialisés.
  • 1999 : Les SMS deviennent interopérables : ils peuvent désormais être envoyés d’un opérateur à un autre.
  • 30 octobre 2005 : A Bülach dans le canton de Zurich, des citoyens ont pour la première fois la possibilité de voter par SMS.
  • Janvier 2008 : Alors que la contrefaçon de médicaments tue chaque année plus de 100 000 personnes en Afrique, l’organisation mPedigree lance au Ghana une solution qui permet aux consommateurs africains de vérifier l’authenticité d’un médicament via l’envoi par SMS du code unique attribué à chaque boîte (Laurence Allard).
  • Février 2008 : Le mot « Texto » perd son statut de marque déposée par SFR pour devenir un nom commun.
  • 19 juin 2009 : Les SMS sont reconnus comme une preuve pour les divorces par la Cour de Cassation
  • Janvier 2010 : L’opération « Haïti, 1 SMS = 1 euros » se solde par  plus de 850 000 SMS envoyés pour un total de 40,3 millions d'euros de dons (Source : AFOM)
  • 31 décembre 2011 : Plus d’un milliard de SMS de vœux ont été envoyés en France (cf. infographies de la FFTélécoms)
  • Octobre 2012 : En moyenne, 311 SMS par mois envoyés par les détenteurs français d’un forfait mobile - contre  17 SMS envoyés par mois en 2003 (cf. infographies de la FFTélécoms)
  • Novembre 2012 : A la suite de Strasbourg et de Saint-Mandé, la ville de Paris annonce une expérimentation de paiement de stationnement par SMS

 

 

 (1): A propos de discours & pratiques :

Joëlle Menrath, directrice de Discours & Pratiques

Discours & Pratiques est une société de Conseil et de Recherche appliquée qui réunit 20 chercheurs universitaires et chercheurs CNRS - sociologues, ethnologues, philosophes, chercheurs en sciences de l’information. Discours & Pratiques met les méthodologies et l’approfondissement de la recherche au service des acteurs économiques en partant du crédo suivant : ‘les individus ne font pas forcément ce qu’ils disent, et ne disent pas exactement ce qu’ils font’. C’est pourquoi Discours & Pratiques fonde toujours ses méthodes d’enquête à la fois sur l’analyse des discours et l’observation des pratiques réelles en observant les situations de la vie quotidienne où se jouent concrètement les usages et les choix de consommation.

(2) Laurence Allard, maître de conférences, sociologue de l'innovation, Université Lille/IRCAV-Paris ; Anne Jarrigeon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Paris Est ;  Olivier Aïm, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Paris IV-Celsa ; Hécate Vergopoulos, chercheuse en Sciences de l’information et de la communication. 

Documents associés :
Tags :

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms