18 juin 2013
Décryptage

Le numérique, moteur de l’économie et de la consommation

10
MIN
Alors que la Fédération Française des Télécoms met en avant, à travers ses études et le travail de ses commissions, le rôle moteur du secteur des télécoms dans l’économie française, voici un éclairage sur cette économie numérique en pleine mutation.
Mutation de l'Economie

Ce sont  les usages innovants notamment en matière de consommation et autour des terminaux mobiles qui constituent une des forces de mutation de l’économie par et avec le numérique connecté. Ainsi, la fidélité au long cours à une marque laisse la place à une recherche en temps réel des meilleures affaires grâce aux smartphones. Des marques des grandes entreprises du CAC 40 rassemblent plus de 171 millions de suiveurs dans le monde sur les sites de réseaux sociaux soit 2,6 fois la population du pays.  De façon plus générale, une tribune pose la question de la révolution numérique du CAC 4O. Une révolution numérique qui n’impose pas une logique de substitution des secteurs industriels mais offre des opportunités de développement des industries traditionnelles tout en favorisant l’émergence de nouveaux domaines. C’est le cas de l’économie collaborative, adossée aux services numériques et mobiles que ce soit en termes d’achats groupés ou d’échanges entre particuliers : un terrain d’exploration des modèles d’affaire d’une économie dite de la résilience - car permettant de surmonter les crises grâce à une activité de consommation devenue cyclique supposant de vendre toute chose avant d’en acheter une autre.

Un billet montre ainsi qu’un célèbre site de location entre particuliers a injecté un surplus de 185 millions d’euros dans l’économie parisienne ainsi que l’équivalent de 1 100 emplois temps plein entre mai 2012 et avril 2013.

Enfin, une étude illustre comment les outils numériques connectés personnels sont facteurs d’une meilleure productivité au travail documentant encore combien le numérique peut être bénéfique à l’économie et à la consommation si on cesse de le voir comme un secteur à part, comme une menace pour l’industrie traditionnelle. 

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms