9 fév 2015
Actualités

La FFTélécoms publie sa contribution à « Ambition numérique », la grande concertation animée par le Conseil National du Numérique (CNNum)

La Fédération Française des Télécoms a publié sa contribution à «Ambition numérique», la grande concertation nationale sur le numérique animée par le Conseil National du Numérique (CNNum).
La FFTélécoms publie sa contribution à « Ambition numérique », la grande concertation animée par le Conseil National du Numérique (CNNum)

La contribution de la FFTélécoms porte sur chacun des quatre grands thèmes de la concertation   Croissance, Innovation, disruption, Loyauté dans l’environnement numérique, La transformation numérique de l’action publique et La société face à la métamorphose numérique

Alors que l’ensemble de l’économie va basculer dans l’ère numérique dans les 10 prochaines années, la FFTélécoms rappelle en particulier que l’enjeu essentiel est le maintien de la valeur et des emplois sur le territoire national, en évitant que cette transformation ne profite essentiellement à des sociétés étrangères qui cannibaliseraient la valeur ajoutée numérique créée en France et implanteraient dans des paradis fiscaux hors de France,  leurs centres de profits et leurs emplois. 

Deux défis majeurs sont à relever pour que l’investissement et l’innovation deviennent la priorité des politiques publiques : 1) arrêter d’affaiblir le secteur des télécoms, moteur principal de la transformation numérique de l’économie française, en particulier en instaurant d’urgence un terrain de jeu équitable avec les GAFA aux plans fiscal et réglementaire et en adaptant rapidement le droit de la concurrence européen à l’ère du numérique 2) permettre et favoriser le développement des filières numériques d’avenir (objets connectés, big data, cloud computing, logiciels et systèmes embarqués, robotique, sécurité, services sans contact) où la France compte déjà des entreprises de taille internationale, susceptibles de générer un écosystème riche et diversifié d’ETI et de PME s’appuyant sur un tissu fort de startup.

L’Europe (et particulièrement la France) profitent peu des bénéfices tirés de la transformation numérique. Alors que l’écosystème numérique est en croissance partout dans le monde et y croît 2 fois plus que l’ensemble de l’économie, l’Europe est le seul continent à avoir subi une décroissance de cet écosystème (-16 % entre 2007 et 2013 vs + 56% pour l’Amérique du Nord et + 57% pour l’Asie).

Il est ainsi fondamental d’accepter que l’essentiel des décisions structurantes doivent venir du niveau européen. Il faut que la France continue de mettre le maximum de son énergie au plus haut niveau de l’Etat pour que les propositions françaises - avec lesquelles la FFTélécoms est le plus souvent en phase - soient partagées par le plus grand nombre de pays de l’Union.

Enfin, il est critique de prendre conscience que le facteur temps joue au détriment des intérêts français et européens dans le domaine du numérique. Il y a urgence pour l’Europe à agir, maintenant!

Documents associés :

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms