24 nov 2014
Décryptage

L'innovation dans les télécoms, au coeur du Digiworld Summit 2014

09
MIN
Pour sa 36e édition, le Digiworld Summit organisé chaque année à Montpellier par l'IDATE, avait pour thème "Mobility Reloaded" : une occasion unique d'aborder les grands enjeux du moment pour l'écosystème des télécommunications. Retour sur les temps forts de l'événement avec notre partenaire Petit Web.
L'innovation dans les télécoms, au coeur du Digiworld Summit 2014

La 5G : une norme globale pour adapter les réseaux à leurs nouveaux défis

Le thème du/des réseau(x) du futur était au centre des débats de la première matinée du Digiworld Summit. Quel(les) forme(s) prendra-t-il ? Wifi ? 5G ? Hybride ? Une certitude : dans la définition des nouvelles normes, il faudra compter avec les acteurs asiatiques, et principalement sud-coréens. L'Europe n'est pas en reste, après le déblocage de 700 millions d'euros sur le sujet et l'annonce d’une collaboration avec la Corée du Sud (lire ici : http://www.fftelecoms.org/articles/l-europe-et-la-coree-du-sud-reflechis...). Au-delà de la seule vitesse de transmission des données, cette norme mondiale devra répondre aux nouveaux enjeux des réseaux télécoms : flexibilité, sécurité ou efficacité énergétique, dans un environnement où cohabitent usages haut débit, portés par l'essor de la vidéo, et usages bas débit, avec le boom du M2M (Machine To Machine). Les JO de PyeongChang en 2018 seront-ils l'occasion du lancement mondial de la 5G ? Pour l’heure, rappelle Pierre Louette, Président de la FFTélécoms, « la 5G est toujours en phase de recherche et de standardisation : il ne faut pas compter sur un déploiement avant 2020. »

Bientôt des ballons ou des drones en complément des antennes relais et des satellites ?

En attendant 2020, de nouveaux modes de connexions à internet émergent. Christophe WILHELM, Senior VP Strategy & Innovation de Thales Alenia Space a fait le point sur les différentes possibilités "non-conventionnelles" de connexion qui commencent à être déployées de façon expérimentale. Parmi elles, le "Stratobus", encore à l'état de projet. Mi-drone, mi-satellite, ce dirigeable sera autonome, avec une durée de vie de 5 ans. A 20 kilomètre d'altitude, il pourra remplir différentes missions, dont le renforcement du réseau GSM au cours d’événements de grande ampleur ou l’amélioration du système GPS sur les zones de fort trafic.

Les constructeurs automobiles pourront ils faire mieux que les GAFA ?

Et si l’industrie automobile avait les moyens de résister à l’arrivée des GAFA sur ses plates-bandes ? C’est la conviction de Patrick Pelata, ancien numéro 2 de Renault, aujourd’hui Executive Vice President de Salesforce. Les constructeurs automobiles sont pourtant menacés de toute part, à la fois par les géants de l’internet et par les nouveaux entrants, qui veulent tous se faire une place dans l’habitacle des véhicules ou dans la relation entre les individus et leur voiture. « Je ne suis pas inquiet pour les constructeurs : ils peuvent gérer l’expérience client de bout en bout. S’ils font ça bien, ils peuvent réussir. » Grâce à la relation de confiance établies avec leurs clients, ils vendent déjà des crédits, de l’assurance et de la maintenance. « Ils peuvent aller plus loin. Ils ont la capacité d’innover aussi vite que les nouveaux entrants » estime-t-il.

Optivent, la start-up française qui imagine l'après-mobile

Optivent, une start-up de dix personnes installée à Rennes, se pose depuis 2007 la question de l'après-mobile. Une réflexion qui est sur le point d'aboutir, avec l'envoi début 2015 de ses premiers terminaux à une poignée de développeurs, avant le lancement d'un produit grand public, AuraX, d’ici à la fin de l’année 2015. Pour les usages professionnels, le terminal prend la forme de lunettes connectées, mais la technologie pourra adopter des apparences différentes, en fonction des usages : simple "clip" à poser sur des lunettes de vue, casque audio connecté, casque de vélo, lunettes de ski... Au lieu d'avoir un smartphone à la main, l'écran et les applications s'affichent directement au niveau des yeux, en réalité augmentée. Précurseur !

Le PDG d'Alcatel Lucent anticipe l'impact de l'impression 3D sur les réseaux

"Les consommateurs veulent du contenu et avoir le contrôle, partout, tout le temps, sur chaque terminal : ils n'en ont rien à faire de savoir quelle technologie est utilisée pour cela" a souligné Michel Combes, Le PDG d'Alcatel Lucent. Mais ce n'est pas pour autant que le réseau n'a pas d'importance, au contraire : après des discours centrés sur les terminaux, les applications ou le cloud, "c'est le 'next big thing' dans notre secteur". Le réseau doit se préparer au "tsunami" des objets connectés et anticiper les défis à venir ensuite, tels que la "distribution numérique de produits", avec l'impression 3D : "bientôt, il suffira d'envoyer un fichier. Cela va changer beaucoup d'industries et mettre une pression supplémentaire sur nos réseaux."

IBM présente ses innovations dans la gestion des données

Le diner de gala du Digiworld, hébergé par IBM a été l'occasion pour la firme américaine de présenter ses innovations dans des domaines aussi variés que les data centers, le traitement des données, le machine learning, la mobilité, le cloud computing ou l'internet des objets. On retiendra notamment les démonstrations de Watson, solution de traitement d'informations en langage naturel, capable d'identifier les jeux de mots, les ambiguïtés ou l'ironie... Ses applications vont de la cuisine au commerce en passant par la santé. Sur ce dernier sujet, des hôpitaux américains commencent notamment à utiliser cette technologie pour améliorer leurs diagnostics et aider à la prise de décisions. L'ordinateur est capable de puiser dans une base de milliers d'articles médicaux, puis d'engager une conversation avec le médecin afin de l'aider à définir un protocole de soin adapté.

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms