10 déc 2013
Décryptage

Internet lieu de mémoire : Tribute pour #Madiba

09
MIN
Internet est aujourd’hui associé au déluge de data qu’en une minute chacun de nous livre sur le réseau. Se met en place une logique de temps réel amplifié par le flux de données envoyées sur Internet avec ces 350 000 tweets, 15 millions de SMS et 200 millions de mails envoyés par minute. A la mort de Nelson Mandela, décédé ce 5 décembre 2013, qui avait reçu en 1993 le Prix Nobel de la Paix pour avoir pacifiquement mis fin au régime d'apartheid, tweets, statuts, photos, vidéos ont fusé sur le web.
Mort de Nelson Mandela, internet se mobilise

Chacun à sa façon, entre mots et images, a contribué à l’émotion globale. Et ce autant parmi les people que chez les internautes ordinaires s’exprimant sur le même registre personnel postant tantôt une photo, tantôt une citation recopiée à la main, tantôt une vidéo de chanson ou des rassemblements spontanés. La mort de Nelson Mandela a généré un trafic exceptionnel sur les réseaux sociaux. Selon Facebook, cet événement a généré plus de 80 millions d'interactions pour un total de 39 millions de personnes s'étant exprimées. Plus de 7 millions de tweets ont été émis atteignant des pics de 95 000 par minute. On trouvera dans cette revue du web, des collections de vidéos, de tweets ou de photographies qui illustrent la façon dont Internet est aussi un lieu de mémoire. Toute l’histoire de Mandela se trouve ainsi narrée dans une émotion médiée de façon quasi immédiate par les ressources du web. Mais ce temps réel des données vient sédimenter la mémoire vive des internautes exprimant leur sentiment de respect et de tristesse face à la mort de Mandela. Nous rappelant ainsi que l’une des origines d’Internet a été constituée par le projet Memex de Vannevar Bush présenté en 1945 dans « As We May Think », qui envisageait de pouvoir stocker pour mémoire documents et notes personnelles et de les assembler par des réseaux de liens. Mission accomplie !

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms