21 oct 2013
Décryptage

Handicaps physiques et sociaux : de l’utilité de la connexion et du numérique

14
MIN
En septembre 2013, le site de la FFTélécoms obtenait le label AccessiWeb Bronze et trois étoiles d'Argent 2013 récompensant à la fois le développement du site pour son souci du respect des critères d’accessibilité mais également une démarche globale d’engagements volontaires du secteur des télécoms dans le domaine du handicap pour une société plus inclusive. Les technologies numériques et la connexion à internet constituent des opportunités pour les personnes en situation de handicaps.
Handicaps physiques et sociaux : de l’utilité de la connexion et du numérique

Cette veille s’attache régulièrement à mettre en valeur les usages innovants des télécoms pour les mondes du handicap.

Les récents développements de l’impression 3D ou de la réalité augmentée offrent des terrains d’innovation dès plus prometteurs comme l’indiquent deux propositions de prothèses de bras robotiques et de lunettes en réalité augmentée pour malvoyants. On observera que ces deux innovations permettent de réduire les coûts notamment de fabrication et aménagent leur réplicabilité en s’inscrivant dans un principe open source au plus grand bénéfice des familles. La problématique du handicap n’est pas seulement réduite à des questions de soins mais la culture et le loisir sont aussi vitaux pour inclure toutes les personnes dans la société. L’initiative de conversion de partitions de piano en fichier braille grâce à un logiciel libre dans le cadre d’une opération de crowdfunding intitulée « Bach to Bach » illustre la puissance de connexion du réseau entre handicapés et valides.

Le handicap n’est pas toujours d’ordre physique, la précarité économique peut également engendrer des situations de handicaps sociaux notamment l’isolement qui va aggraver la situation des plus pauvres d’entre nous. La connexion au réseau Twitter pour les SDF, qui sont parfois plus outillés par nécessité qu’on ne le pense, est ainsi proposée par la Fondation Abbé Pierre dans le cadre de l’initiative « Tweets2rue». Et alors que Big Data est souvent comparé à Big Brother dans les débats concernant le respect de la privacy, la puissance des calculs prédictifs de ces nouvelles sciences des données peut être utilisée à bon escient par des ONG dans différents secteurs humanitaires comme l’éducation, l’accès à l’eau, la lutte contre la pauvreté afin instrumenter de façon plus efficace encore actions et initiatives. 

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms