2 mai 2012
Décryptage

Futurs mobiles recherchent talents

40
MIN
Avec le rachat par Facebook pour 1 milliard de dollars du premier réseau social mobiles de photographies Instagram aux 50 millions d’utilisateurs, il semble intéressant de se focaliser sur la photographie mobile dans ses usages innovants. Le monde politique semble par exemple s’intéresser à cette application notamment pour ses fonctionnalités de hashtag à l’instar de Twitter, dont Obama et son équipe se sont saisis en lançant #obama2012.

L’autre attrait est la dimension rétro des images produites via le jeu de filtres proposé que l’on peut analyser comme une façon  d’inscrire dans l’Histoire les événements contemporains du politique ? On peut encore signaler deux innovations concernant la photographie mobile. La mise au point d’une puce de téléphone mobile qui permet de distinguer une fréquence de l’ordre du térahertz du spectre électromagnétique rendant possible la vision à travers les objets ou vêtements et dont les applications peuvent être utiles en médecine.

Signalons enfin une proposition originale d’un service permettant d’imprimer via Internet les métadonnées d’une photographie. Ces métadonnées sont notamment heuristiques pour le champ de la recherche d’images. Ce type de métadonnées rentre dans le vaste domaine de ce qu’on désigne par Big Data, ces milliards de données issues de l’activité des usagers des réseaux télécoms. Souvent présentée comme le nouveau pétrole, les vastes jeux de données restent cependant sans effet économique si ils ne sont pas traitables intelligemment. Cet article du Wall Street Journal signale le grand problème qui demeure pour transformer les Big Data en boom économique : le manque de spécialistes formés pour leur traitement statistique notamment. C’est donc également à un champ d’innovation en matière de formation que les données massives des réseaux peuvent donner lieu.

Enfin, un dernier point sur les usages du mobile avec les résultats de l’enquête « Mobile Life » menée auprès 48 000 personnes dans 58 pays sur les fonctionnalités de géolocalisation ou de web mobile. Une enquête dont la visualisation est dès plus originale en permettant notamment d’associer pratiques actuelles et projets d’usages de différents services, ce qui est particulièrement utile pour des applications futures de monnaie mobile par exemple.

 

Mother  Board / Obama sur Instagram, une nouvelle ère du photojournalisme social arrive

Cet article s’interroge sur l’usage de la plateforme de partage de photographies particulièrement prisée. Premier réseau social « pur mobile » comptant près de 50 millions d’utilisateurs, Instagram qui a été récemment racheté par Facebook, permet non seulement de partager des photos, de les commenter, les annoter, mais aussi de leur ajouter des filtres qui leur donne des effets plus ou moins esthétiques. On voit apparaître aux Etats-Unis comme dans le reste du monde et désormais en France des usages politiques de cette plateforme. L’équipe d’Obama s’est en effet récemment emparée comme vecteur de diffusion d’images de campagne à travers ce réseau mobile qui compte de très nombreux utilisateurs. Une des fonctionnalités de cette plateforme est à l’instar de Twitter de permettre l’utilisation de hashtag et l’équipe de campagne du Président américain compte sur la diffusion du hashtag #obama2012. Pour l’auteur de cet article et au-delà de la possibilité de retoucher les images, c’est sans doute la possibilité pour tout à chacun de prendre une photo et de la diffuser largement à un réseau social depuis son mobile, devenant ainsi un photojournaliste, qui apparaît la plus intéressante. La campagne électorale en France n’a pas été en reste. On a ainsi pu voir François Bayrou s’intéresser à cette plateforme sur son versant plateforme de diffusion ou Jean-Luc Mélenchon sur son aspect esthétique. Quelques semaines avant le premier tour de l’élection, les équipes de Jean-Luc Mélenchon ont eu largement recours à cette esthétique un peu rétro sur leur page Twitter et Facebook.

Instagram Obama Présidentielles 2012

Canoe.ca / Voir à travers les murs grâce à une puce de téléphone

Cet article nous présente une innovation intéressante conçue à l’Université du Texas. Il s’agit d’une puce de téléphone mobile qui permet de voir à travers les objets ou les vêtements. Techniquement ce dispositif, d’un coût très faible, se compose d’un microprocesseur capable de distinguer une fréquence de l’ordre du térahertz du spectre électromagnétique qui est embarqué dans une puce qui fonctionne avec un semi-conducteur à oxyde de métal complémentaire (CMOS). La puce détecte ainsi des ondes térahertz et en sort une image, par exemple sur un écran de téléphone. Soucieux des inquiétudes qui peuvent s’exprimer en matière de vie privées, les chercheurs américains ont décidé de limiter leur champ d’investigation à une distance de quelques centimètres. Reste que les applications de ce type de dispositif apparaissent particulièrement intéressantes dans le domaine de la santé notamment.

Puce Image Mobile

The Creators Project / La photo descriptive remplace les images par des mots

Si la prise de vue et désormais le traitement d’images sont des fonctionnalités du mobile parmi les plus utilisées, cette initiative apparaît pour le moins surprenante en même temps qu’intéressante en terme de réflexion sur le statut même de l’image dans l’univers du numérique connecté. Au lieu de prendre une photo qui va se présenter sous la forme d’une image, cette photo va être envoyée à un service d’Amazon, baptisé Mechanical Turk et être restituée sous forme d’une description qui s’imprimera sur une petite imprimante. On  serait tenté de se demander quel pourrait être l’usage réel de ce type d’appareil si son concepteur n’indiquait pas lui-même qu’il est destiné à interroger la question des métadonnées (c’est-à-dire des données qui sont embarquées dans la photo mais qui ne sont pas visibles) contenues dans les photos. Ces métadonnées peuvent être d’ordre technique (date et heure de la prise de vue, référence de l’appareil, etc.) ou plus contextuelles (géolocalisation, etc.). Ces métadonnées peuvent être encore plus précises et permettre de décrire l’image à la faveur du développement de logiciels de plus en plus perfectionné de reconnaissance d’image. Elles peuvent aller de la discrimination de couleurs ou de teintes jusqu’à la reconnaissance d’objets, voire de visages. Ces métadonnées, dés lors qu’elles seraient standardisées, pourraient donc devenir des puissants outils d’indexation d’images. On remarquera au passage que de nombreuses inquiétudes se sont exprimées, notamment dans les pays où les Droits de l’Homme sont menacés, à l’égard de ces métadonnées et en particulier celles qui livrent ouvertement la localisation du lieu où la photo a été prise. 

Métadonnées Photos Mobile

TNS Global / La vie mobile dans le monde

L’institut TNS propose une visualisation synthétique des usages du mobile dans le monde particulièrement bien réalisée sur la base d’une vaste enquête menée auprès de 48 000 personnes dans 58 pays. La visualisation permet, pays par pays et en discriminant différentes catégories (âges, possesseurs de smartphones ou pas, etc.) de visualiser rapidement l’ensemble des statistiques d’usages dans différents domaines : services géolocalisés, qr codes, réseaux sociaux, monnaie mobile, wifi, mails, applications et web mobile. Il s’agit là d’un instrument particulièrement utile pour tous ceux qui s’intéressent aux usages du mobile et à la pénétration de ses usages dans les différentes régions du monde. On notera notamment les informations relatives à la géolocalisation en France et dans le monde. 19% des utilisateurs de téléphone mobile dans le monde utilisent les services de géolocalisation tandis que  62% souhaitent y avoir recours à l'avenir. En France, 31% des utilisateurs de mobile les utilisent  et 35% voudraient les utiliser. Cartes et GPS constituent les premiers usages avec 46%, viennent ensuite la recherche de restaurants (26%) et d'amis (22%). La consultation des horaires des transports publics est pratiquée à 19%. L’intérêt pour les offres commerciales pour des points de vente situés à proximité monte à 13%. Plusieurs services semblent donc à développer autour de ces usages de la géolocalisation.

Mobile Global Enquête Geolocalisation

Wall Street Journal / Le grand problème des “Big Data” : la faiblesse des talents        

Si on parle depuis un moment déjà du traitement en temps réel de grandes masses de données issues de l’activité des usagers des réseaux télécoms en temps réel, il semble que l’intérêt des investisseurs vis-à-vis de ce domaine s’accélère cette semaine avec la mise sur le marché de l’entreprise Splunk inc. qui atteint 109% de sa cotation le jour de sa mise sur le marché. Si les « big datas » apparaissent comme un nouvel eldorado des entreprises, il n’en reste pas moins qu’elles posent un problème fondamental que pointe cet article : celle des personnes possédant les compétences nécessaires (notamment en statistique) pour les traiter. Reprenant un rapport de l’institut Mc Kinsey, l’auteur de cet article estime à 1,5 millions, le nombre de personnes formées au traitement, à la gestion et à l’analyse de données, nécessaire pour réaliser les promesses des « big datas ». A cet égard, l’article en appelle à l’émergence d’une nouvelle spécialité : le scientifique de données qui peut construire les modèles mathématiques inhérents au traitement de ces grandes masses d’informations qui sont aujourd’hui mises à dispositions et de les transformer en grille d’analyse de la société.

BigData Formation  Emploi

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms