3 sep 2014
Décryptage

Et si les objets connectés se mettaient au service de la recherche ?

02
MIN
Les chercheurs auteurs de l’étude nationale NutriNet Santé voient dans les données récoltées par les objets connectés une opportunité particulière de parfaire leurs résultats.
Et si les objets connectés se mettaient au service de la recherche ?

Les données d’objets connectées promettent d’en apprendre beaucoup sur leurs utilisateurs… une opportunité que les chercheurs ne veulent pas manquer. L’Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN) vient de signer un partenariat avec l’entreprise française Withings. Composée de chercheurs de l’Inserm, de l’Inra, du Cnam et de l’université Paris 13, elle réalise l’étude nationale NutriNet Santé, auprès d’un panel de 500 000 Nutrinautes pour faire progresser la recherche publique sur les comportements alimentaires et les relations Nutrition-Santé, dont les résultats pourraient être précisés grâce aux données des clients de WIthings.

Les utilisateurs de la balance connectée, de l’enregistreur d’activité physique ou encore du tensiomètre de ce constructeur d’objets intelligents pourront donc accepter d’envoyer leurs « données de vie » aux scientifiques. Un échange volontaire qui permettrait à Withings de montrer comment ses produits participent à l’amélioration du bien-être de ses consommateurs en même temps qu’il permet aux chercheurs d’obtenir des données plus précises qu’auparavant.

Pour vous inscrire ICI

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms