3 juil 2014
Economie

Edito de Yves le Mouël : chère data !

07
MIN
Plus un jour ne s’écoule sans que nous n’apprenions le lancement de nouveaux services enchantant l’univers merveilleux du citoyen connecté, ou de l’entreprise digitale.
Yves Le Mouël

En même temps, plus un jour ne s’écoule sans que nous n’ayons la révélation d’une fuite, d’un piratage, d’un espionnage, ou d’une attaque concernant les données, circulant ou stockées à travers le monde.

Le noyau élémentaire de ce monde étrange, fascinant, souvent déroutant et parfois inquiétant, est la « donnée », cette fameuse « data » qui circule, se transforme, se multiplie, s’accumule, se libère, toujours plus, plus vite, plus loin, plus fort.

Ainsi, le monde numérique s’organise désormais entre trois types d’acteurs : ceux qui produisent et utilisent les données, ceux qui leur donnent de la valeur et ceux qui essaient de réglementer leur circulation, leur conservation, leur utilisation.

Dans le premier groupe, le consommateur et l’entreprise produisent encore plus qu’ils ne consomment, tant ils sont désormais dépendants de multiples capteurs de toute nature, activés à leur initiative, ou sans qu’ils ne le sachent réellement. Pour eux, l’enjeu c’est la confiance. Puis-je naviguer dans cet univers sans perdre identité, valeur, confidentialité, ou liberté ?

De nombreux acteurs appartenant au deuxième groupe ne se posent pas ce genre de question, puisqu’en intermédiaires intelligents et agiles, ils savent donner de la valeur à ce qu’ils collectent gratuitement, puis prélever cette valeur à leur seul profit, avant de la recycler dans l’innovation et d’étendre ainsi rapidement et lucidement leur champ d’action à l’ensemble des activités économiques et humaines, de la santé, au transport, en passant par l’espace ou la domotique, l’éducation, ou la culture. Les OTT sont passés maîtres dans cet art du bonneteau numérique.

Que peuvent bien faire les acteurs du troisième groupe, ceux de la réglementation, face à ce tsunami aussi immatériel qu’universel ? Les enjeux de sécurité, de souveraineté, de liberté sont bien réels, mais force est de reconnaitre que l’action des pouvoirs publics semble bien confuse et parfois désemparée devant l’ampleur et la rapidité du phénomène. A l’échelle de la France, la prise de conscience est réelle, mais la tâche est immense et un grand nombre de publics peu préparés à conserver leur liberté de choix dans un monde numérique qui les dépasse. L’action éducative est fondamentale, elle doit être massive et rapide, car tous sont concernés et ça commence maintenant.

L’Europe qui se dote aujourd’hui d’une nouvelle gouvernance serait bien inspirée d’incarner cette confiance que recherchent les consommateurs – producteurs de données, en inscrivant dans ses priorités une signature européenne fondée sur une sécurité humaniste, une innovation durable et une concurrence équitable. C’est le message que portera la FFTélécoms auprès de ces nouvelles instances.

Yves Le Mouël - Directeur Général de la FFTélécoms

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms