3 oct 2014
Décryptage

Avec Zephyr, Airbus planche sur un satellite d’un nouveau genre

01
MIN
Pourquoi ne pas développer des engins capables de réaliser les mêmes services que les satellites, mais depuis des distances beaucoup plus proches ? Le but de l’agence spatiale européenne Airbus est simple : développer de l’imagerie satellite et autres services permis par les engins actuellement en orbite autour de la terre, et envoyés à grands frais…… sans satellites.
Satellite Zephyr

Et Zephyr, un « pseudo-satellite » de haute altitude, pourrait permettre d’y arriver. Cet avion de 23 m d’envergure et seulement 50 kg est conçu pour fonctionner à l’énergie solaire : de jour, il volerait dans des zones situées à 21 km de la terre ferme pour redescendre jusqu’à une quinzaine de km pendant la nuit. A l’instar des satellites, Zephyr est destiné à survoler sans cesse la même zone géographique pour en obtenir la meilleure imagerie possible. Peu après les essais réussis réalisés par l’entreprise européenne, Facebook et Google ont chacun réaffirmé l’intérêt qu’ils portent à ce type de technologie aérienne. Plus d’informations sur les teste du  Zephyr 7 ici

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms