11 juin 2013
Observatoire sociétal

1 jour, 1 idée reçue : les télécommunications créent-elles des fractures intergénérationnelles ?

04
MIN
Plus que dans les pratiques, la fracture générationnelle s’opère dans les discours, qui invoquent une échelle des âges numériques très normée.

Comment ne pas faire son âge avec le numérique ?  

Les individus connectés rencontrés lors de notre enquête nous ont souvent fait perdre de vue, par la singularité de leurs usages, ce qu’on appelle la « fracture intergénérationnelle ».

En revanche, plus différenciantes que les usages eux-mêmes, les normes générationnelles agissent fortement dans les discours, où elles interviennent comme des repères stables sur une échelle des âges numériques souvent invoquée pour situer son « âge digital » (comme on parle d’âge biologique, ou d’âge mental)

Les usages numériques peuvent produire  sur certains un « effet-lifting », ou contraire produire le sentiment d’être vieux avant l’âge.

Bénéficier de l’effet lifting…

«  Les amis de ma fille trouvent que je ne fais pas mon âge, parce que je suis au courant des nouveautés des nouvelles techno », Delphine, 48 ans, directrice de communication, Paris. 

Georges, retraité alsacien, dispose dans son ordinateur de centaines de morceaux de jazz qu’il a piratés sur Emule. Quand un voisin, à qui il montre sa collection stockée sur son ordinateur lui dit « toi alors, on dirait que t’as 15 ans !», il répond « pourquoi ?  Faut avoir quel âge pour avoir envie d’écouter de la musique qu’on aime ? »

Ou au contraire …avoir des usages plus vieux que son âge.

« Je suis un peu comme une retraitée de ce point de vue-là » / « Je suis un dinosaure du numérique »

 Retrouvez les réponses aux 9 autres idées reçues en cliquant ici. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour sur le site de la Fédération Française des Télécoms